L’escroc avait vendu 10 000 euros une fausse Rolex à un dentiste de l’Oise

La transaction avait eu lieu sur un site de ventes en ligne, l’acheteur a découvert la supercherie en portant la montre à un horloger. Le vendeur, impliqué dans d’autres ventes douteuses dans plusieurs régions de France, a été condamné ce mercredi à quatre mois de prison ferme.

« Si on n’a pas une Rolex avant 50 ans, c’est qu’on a raté sa vie », affirmait il y a quelques années le publiciste Jacques Séguéla. Mais si on a acheté une contrefaçon au prix d’une authentique Rolex, c’est surtout qu’on a raté son achat et que l’on a été victime d’un escroc. Une mésaventure qu’a connue un dentiste domicilié à dans le sud de l’Oise, qui a cru effectuer une bonne affaire en achetant en 2020 une montre Rolex sur un site de vente en ligne à Vincent M., 29 ans, un homme basé à Cannes (Alpes-Maritimes).

Un bijou acheté 10 000 euros mais, quelque temps plus tard, lorsque l’acheteur a porté sa montre pour réparation chez un horloger, il a rapidement déchanté. Son acquisition n’est pas une vraie Rolex mais une contrefaçon sans doute fabriquée en Asie, dont la valeur ne dépasse pas une centaine d’euros. L’acheteur floué dépose plainte et Vincent M. est entendu par les policiers de Cannes, auxquels il explique « avoir lui même acheté la montre à un vendeur belge, dans le but de la revendre pour faire un bénéfice ». Le Cannois prétend ignorer que la montre était fausse et se dit prêt, à l’époque, à rembourser l’acheteur.