Les avocats de François Thierry, l’ex-patron de l’office antistupéfiants, tentent de lui éviter les assises

Le commissaire François Thierry a été déchu à la suite des accusations d’un ancien indic. Il est le seul à être encore poursuivi dans cette affaire d’importation surveillée sur la base d’un faux en écriture. Sa défense conteste le renvoi devant la cour d’assises du Rhône.Le commissaire François Thierry, ex-patron de l’Office central de répression du trafic illicite de stupéfiants (Octris, désormais appelé Office anti-stupéfiants -Ofast) sera-t-il jugé devant la cour d’assises pour des faits passibles de quinze ans de réclusion criminelle ? Alors que le parquet a ordonné, en octobre dernier, que le haut fonctionnaire réponde devant les jurés du crime de faux en écriture publique et destruction d’éléments de la procédure, ses avocats, Me Francis Szpiner et Me Angélique Peretti, ont demandé ce mardi matin à la chambre de l’instruction de Lyon (Rhône), l’annulation de toute la procédure qui a mis un coup d’arrêt à sa carrière.