RENCONTRE AVEC LES ARABISANTS : Macky se met au service des «daara»

Le centre de conférence Abdou Diouf de Diamniadio s’est transformé hier en «daara» grandeur nature. Et pour cause, le chef de l’Etat y rencontrait les acteurs de ce secteur important de l’éducation au Sénégal. Une occasion pour Macky Sall, d’annoncer une batterie de mesures et d’initiatives dans le sens, non seulement de moderniser les «daara», mais aussi d’assister matériellement et socialement les acteurs. Et il a bien commencé, en offrant 10 millions à la lauréate du concours international de récital de coran de Dubaï et en annonçant la création du grand prix du Président de la République, pour le récital du Saint Coran.

Le chef de l’Etat a reçu hier les «daara». Et Macky Sall n’a pas été avare en initiatives, pour combler ses hôtes. La plus en vue est sans doute la mise en place d’un bureau d’assistance aux daara et aux diplômés de l’enseignement Arabe. «Cette nouvelle structure, rattachée à la Présidence de la République, est chargée, entre autres, de promouvoir la concertation avec les acteurs, organisations socioprofessionnelles et personnalités religieuses assurant le fonctionnement du système des daara, a précisé Macky Sall. Elle accordera une attention particulière aux  programmes d’insertion, d’emploi, de financement et de protection sociale des apprenants, de leur encadrement et des diplômés de l’enseignement arabe», explique le président Sall. Pour rendre ce travail efficace, le chef de l’Etat trouve nécessaire de procéder à une «une cartographie exhaustive des daara». Ce qui pour lui, permettra à l’Etat «d’affiner davantage» ses stratégies d’intervention. Poursuivant, il a annoncé des mesures, concernant : la finalisation du cadre juridique et réglementaire des daara ; le développement des offres de formation qualifiante pour les sortants des daara ; et la prise en compte des daara dans les filets de protection sociale tels que la CMU et les Bourses de sécurité familiale.  «Je reste déterminé à poursuivre la modernisation des daara, afin qu’ils puissent s’adapter aux réalités de leur temps en gardant leur vocation traditionnelle d’éducation et de formation», soutient avec force, le chef de l’Etat. 

Les efforts et initiatives de l’Etat pour moderniser et accompagner les «daara»

Qui n’a pas manqué de revenir sur les efforts et investissements colossaux de l’Etat en faveur des « daara». En ce sens il souligne que l’Etat a mis en place des «projets et programmes spécifiques» d’envergure nationale au bénéfice de 1357 daara, pour un investissement total de plus de 25 milliards FCFA. Parmi ces derniers, Macky Sall évoque : la construction et l’équipement de 64 daara modernes, dont 8 en cours d’achèvement ; la réhabilitation de 99 daara traditionnels ; le soutien à 76 daara préscolaires et la construction en cours de 14 daara préscolaires publics ; le recrutement de 100 maîtres coraniques dans la fonction publique ; le recrutement et la formation de 665 prestataires de services pour les daara ; la formation de 76 maîtres coraniques pour les daara préscolaires ; la formation de 1581 membres de comités de gestion des daara. 

 Sall offre 10millions F CFA à Sokhna Ndatte Cissé

Cette rencontre avec les acteurs des « daara » a été mise à profit par le président de la République, pour récompenser Sokhna Ndatté Cissé, lauréate du premier prix de concours international de récital du Saint Coran de Dubaï. Et il a casqué gros, en offrant 10 millions à la jeune fille arabisante. Se réjouissant de ce succès international de notre jeune compatriote, qui a hissé haut le drapeau national, le chef de l’Etat, voudrait qu’au-delà d’elle, tous les apprenants de nos daara soit motivés à aller encore plus de l’avant. Et pour cela, Macky Sall, pour créer une émulation au plan national et aider à une préparation optimale des candidats et candidates, a décidé d’instituer le Prix du Président de la République pour le Récital du Saint Coran.

«Pour un pays musulman à 95%, il est important de veiller à la bonne prise en charge de nos daara, outils d’éducation spirituelle depuis l’entrée de l’islam dans notre pays il y a plusieurs siècles»

Auparavant, en débutant son discours, le président avait tenu à expliquer combien cette rencontre était importante pour lui. «En présidant personnellement cette cérémonie, je  veux réitérer, une fois de plus, toute l’importance que j’accorde à l’inclusion et à la justice sociales, pour que toutes les forces vives de la nation participent au processus de développement national et en bénéficient, conformément à ma vision du Sénégal de tous, et du Sénégal pour tous», soutient-il. Soulignant que s’occuper de nos daara et de nos diplômés en langue arabe, s’inscrit pleinement dans l’Axe II du Plan Sénégal Emergent dédié au capital humain, dont l’éducation et la formation constituent deux composantes majeures, le chef de l’Etat d’ajouter que «pour un pays musulman à 95%, il est important de veiller à la bonne prise en charge de nos daara, outils d’éducation spirituelle depuis l’entrée de l’islam dans notre pays il y a plusieurs siècles». Surtout que soutient-il, tous, nous avons tous été des ndongo daara pour les avoir fréquentés plus ou moins assidument. «Le daara professe la Parole de Dieu, en même temps qu’il inculque l’humilité et l’humanité qui demandent à chacun d’oublier son égo pour cultiver l’altruisme et la fraternité humaine», affirme le chef de l’Etat.  Qui cite entre autres exemple, le daara de Pire (université de Pire), vieux de plus de 400, ainsi que ceux de Coki, de Thilogne…qui, précise-t-il, «continuent de former aux humanités et au leadership». «C’est le lieu de rendre hommage à toutes les figures religieuses de notre pays qui, à travers les âges, aident à la formation aux valeurs spirituelles et sociétales qui purifient l’âme et élèvent l’esprit», ajoute Macky Sall. Non sans saluer et remercier nos Khalifes généraux, ainsi que les serigne et les ndèyu daara qui, dit-il, continuent de perpétuer l’enseignement des valeurs authentiques de l’islam, religion du juste milieu, selon les propos du Prophète Mohamed Paix et Salut sur Lui. 

L’info