LA CAP MET LA PRESSION SUR L’ÉTAT

Libération de Pape Ale NIANG, Un édito commun publié lundi prochain pour rappeler et faire savoir à l’opinion que le monstre est revenu ; un plan d’actions de 22 points à dérouler pendant une semaine, à compter de ce vendredi 10 novembre 2022

Un édito commun publié lundi prochain pour rappeler et faire savoir à l’opinion que le monstre est revenu ; un plan d’actions de 22 points à dérouler pendant une semaine, à compter de ce vendredi 10 novembre 2022 ; tenue d’un Conseil des médias mercredi prochain à maison de la presse, en plus d’actions à mener chaque jour jusqu’à la libération de Pape Alé Niang. Une plateforme de lutte journalistique va mener le combat jusqu’à obtenir gain de cause. C’est la Coordination des associations de la presse (CAP) qui presse ainsi l’Etat.

L a Coordination des associations de la presse (CAP) est dans tous ses états, suite à l’emprisonnement du directeur de publication du site d’information général Dakarmatin.

Selon Dakaractu, face à la presse, Ibrahima Lissa Faye n’a pas mâché ses mots : «nous pensions que le Sénégal a dépassé ce stade d’emprisonner un journaliste pour un délit de presse.»

Une situation qui a poussé la Cap à mettre en place une plateforme de lutte journalistique qui va mener le combat jusqu’à la libération de Pape Alé Niang. «Nous avons mis en place un plan d’action de 22 points qui va démarrer ce vendredi 10 novembre 2022 et qui va durer une semaine. Vendredi prochain une marche nationale sera organisée à Dakar à partir de 10h et sur toute l’étendue du territoire. Les journalistes doivent quitter les rédactions et boycotter toutes les rencontres. Nous allons commencer d’abord par une marche virtuelle ce vendredi 11 novembre 2022 à partir de midi. C’est un visuel qui sera partagé dans les sites et les réseaux sociaux», explique-t-il.

Poursuivant, il dit qu’un édito commun sera publié lundi prochain pour rappeler et faire savoir à l’opinion que le monstre est revenu. Nous allons rencontrer les organisations de la société civile pour dénoncer son arrestation et surtout le comportement du procureur qui est inadmissible. Et pour répondre à l’État, il ajoute que «mercredi prochain un conseil des médias sera tenu à maison de la presse. Chaque jour une action sera menée jusqu’à la libération de Pape Alé Niang», promet la CAP.