NOUVELLES MESURES GOUVERNEMENTALES CONTRE LA VIE CHÉRE : Le pessimisme critique de Abdoul Mbaye et Dr Cheikh Tidiane Dièye

Abdoul Mbaye n’est pas particulièrement convaincu par une mesure émise par le président de la République, Macky Sall, à l’issue des concertations, lundi, sur la vie chère. Quand Dr Cheikh Tidiane Dièye trouve les 11 mesures « trop peu ambitieuses ». Mais l’Association des consommateurs du Sénégal veut y croire à travers son vice-président, Mamadou Cissé, qui formule quelques recommandations.

« Mais dans quel pays sommes-nous ? En 2020 les importations de riz par le Senegal ont dépassé 1,1 million de tonnes, augmentant de 26% en un an. Comment le Président Macky Sall peut-il oser affirmer que l’année suivante seules 0,3 million manquent pour atteindre l’autosuffisance !?!? » a réagi sur les réseaux sociaux Abdoul Mbaye après l’annonce par le chef de l’Etat, lundi, des mesures d’urgence et structurelles pour faire face à la cherté de vie. C’est au terme de la rencontre, qui a rassemblé, autour du président de la République, le Premier ministre, le ministre du Commerce, de la Consommation et des PME ainsi que des spécialistes de ce ministère, les associations de consommateurs, le patronat, les associations de commerçants, les industriels, les acteurs portuaires, les acteurs des secteurs de la banque et des assurances.Les recommandations de l’ASCOSEN quant à l’effectivité des conclusions »Alors que le pays est en danger de rupture d’approvisionnement face à la réduction des productions mondiales et du commerce de céréales, y compris le riz, au Sénégal on fait dans une autosatisfaction inspirée par des faux chiffres de production.

C’est vraiment effarant !!! » poursuit le président de l’Alliance pour la citoyenneté et le travail (ACT). Docteur Cheikh Tidiane Dièye, lui, trouve ces mesures présidentielles contre la vie chère « trop vagues, trop peu ambitieuses », a-t-il écrit sur Facebook. Plus que jamais focalisé sur le combat contre une troisième candidature de Macky Sall en 2024, il avise : « Mais quoi qu’il arrive, n’oubliez pas que «nul ne peut exercer plus de deux mandats consécutifs». Donc tout sera fini dans 15 mois in cha Allah. »A l’Association des consommateurs du Sénégal, son vice-président Mamadou Cissé n’a pas caché son scepticisme quant à l’effectivité de ces mesures. « Pour l’application de ces mesures, il va falloir que nous tenions compte de beaucoup de contraintes et qu’il faille les résoudre en amont. On ne peut pas prendre des mesures avec des contraintes oubliées et des contraintes qui ne sont pas résolues », a-t-il estimé au micro d’iRadio, soutenant que « la mise en œuvre posera problème ».

Et d’étayer : « Un importateur, tous les frais qu’il supporte, s’ils ne le prennent pas en compte dans la structure du prix, il l’impute forcement, parce qu’il ne vend pas à perte. » Mais il est d’avis que le ministère du Commerce a besoin d’être « doté de moyens logistiques et humains. Et ce qui est important pour éviter tout cela, c’est de régler la réglementation parce que c’est la réglementation qui a dit, en son article 2 de l’arrêté sur le ciment, que l’affichage doit être de rigueur et de manière permanente. Pourquoi le ministère du Commerce ne peut pas imposer que cet article-là soit de rigueur ? » interpelle-t-il.

Voxpop