Afrique du Sud : chasse aux «zama zamas», des mineurs clandestins soupçonnés d’avoir commis un viol collectif

Connus sous le nom de « zama zamas », ces mineurs sont en majorité des migrants en situation irrégulière dans le pays. Ils auraient violé huit femmes à l’ouest de Johannesburg la semaine dernière.

Armés de machettes et de marteaux, des foules d’habitants du township de Kagiso, à Krugersdorp (Afrique du Sud), ont poursuivi des mineurs dans les vieilles mines disséminées dans les environs de la capitale économique. En colère, la population a ainsi pourchassé ces clandestins, les « zama zamas », et a fermé des puits informels et incendié des maisons après le viol collectif de huit femmes à l’ouest de Johannesburg la semaine dernière.

Les journalistes de l’AFP présents sur les lieux ont vu des habitants mettre le feu à une maison appartenant à un présumé chef de gang. Des images de la télévision locale ont aussi montré des manifestants utilisant des rochers pour sceller des puits improvisés dans un quartier de Kagiso connu sous le nom de Soul City.

Des viols en plein tournage d’un clip

Le 28 juillet, un gang d’hommes armés s’était introduit sur le tournage d’un clip vidéo et avait violé huit jeunes femmes qui faisaient partie du casting, près de Krugersdorp, une petite ville à une trentaine de kilomètres à l’ouest de Johannesburg.

Toutinfo.net avec leparisien