Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov en visite au Vietnam, un de ses plus fidèles alliés

Le chef de la diplomatie russe a entamé mardi 5 juillet une visite de deux jours sur le sol vietnamien, l’un des plus vieux alliés de la Russie, que Moscou prend soin de cajoler alors que Vladimir Poutine fait face à un tir de barrage diplomatique depuis le déclenchement de la guerre en Ukraine.

La Russie et le Vietnam, c’est une relation ancienne et étroite, vieille comme l’Union soviétique, qui culmine cette année avec le dixième anniversaire de leur partenariat stratégique. Les Russes restent les premiers fournisseurs de l’armée vietnamienne et les deux pays sont engagés dans de multiples projets d’infrastructures qui alimentent la hausse des échanges commerciaux – +30% par rapport à l’an dernier – marquée par la constance des importations d’énergie. Car Moscou fournit la quasi-totalité du pétrole et du gaz utilisé par les Vietnamiens.

Soutien intangible

Vladimir Poutine peut aussi compter sur le soutien intangible du gouvernement vietnamien en matière diplomatique. Le Vietnam n’a, par exemple, toujours pas condamné l’invasion de l’Ukraine. Au mois d’avril, il a voté contre une résolution visant à exclure la Russie du Conseil des droits de l’homme de l’ONU. Et au début de la pandémie de Covid-19, Hanoï s’est pressé d’homologuer le vaccin Sputnik V, mis au point par les laboratoires russes.

Serguei Lavrov donc arrive en terrain conquis et en profitera pour peaufiner sa stratégie avant le sommet du G20 prévu à Bali en novembre.

  • TOUTINFO.NET