DEBRIEFING : Sénégal 0 Guinée 0 : Les Lions n’ont pas bien négocié leurs temps forts !

FOOTBALL : Sur le plan de l’image, ce nul blanc est favorable au Syli national… 1.Une sélection sénégalaise d’abord inédite sur le papier, Covid oblige… 

Par Mamadou Lamine DIATTA

Un milieu de terrain déséquilibré Kouyaté/Loum Ndiaye,Bouna Sarr ,excentré droit. .. En attaque Mame Baba Thiam ( aux cheveux peroxydés),Boulaye Dia,qui n’est franchement pas dans le coup, et Sadio Mané l’atout- maître sur qui compte tout un peuple. 

Bouna, fringant contre le Zimbabwe, est la plus grosse déception de cette partie livrée contre le voisin guinéen. 

L’image du match reste son tir non cadré de la 66ème minute alors qu’il avait le but vide suite à une action d’éclat et un caviar d’un Sadio Mané stratosphérique sur le coup… 

Sur cette action le Sénégal aurait dû tuer tout suspense pour gagner ce match stressant. 2.Une équipe sénégalaise aux deux visages, poussive, craintive et brinquebalante en première période et un tantinet transformée en seconde mi-temps avec un bloc d’équipe haut qui a enfin mis le pied sur le ballon. 

La seconde période donne des raisons d’espérer même si les changements (Lopy vs Boulaye et Habib Diallo vs Thiam sont assez bizarres. 3.Aliou Cissé insiste pour nous imposer Keita Baldé Diao je dis et répète que ce n’est pas sérieux, ce joueur n’est pas au même niveau que ses coéquipiers, il est en difficulté il faut plutôt le laisser travailler davantage dans l’ombre pour revenir en force… 4.

La Covid, l’autre adversaire aura encore bon dos. ..Cette sélection sénégalaise désarticulée a eu du mal à produire du jeu avec un milieu dépourvu de liant…Seul Cheikhou Kouyaté a tiré son épingle du jeu… 

En football si l’entre-jeu s’éteint c’est tout le bloc qui ronronne et c’est ce qui nous est arrivé conte la Guinée. 5. 

Que dire de l’adversaire guinéen ? Un jeu vif ,un collectif huilé et engagé notamment en première mi-temps… Les Guinéens étaient plus physiques, plus combatifs. Seulement voilà ,cela reste insuffisant dans la haute compétition. Ce bloc gagnerait à être plus tueur… Le foot reste un art difficile. Ce nul blanc est finalement logique de chez logique.

Par Mamadou Lamine DIATTA