MOBILITE URBAINE : Dakar à l’ère du transport de masse à grande vitesse

Avec un cumul de 415 000 passagers par jour, le Bus rapide transit et le Train express régional propulsent l’agglomération de Dakar dans l’ère du transport de masse à grande vitesse.

Couvrant une superficie de 550 km2, pour un poids démographique d’environ 25 % de la population, l’agglomération de Dakar qui concentre 80% des activités économiques du pays va sans doute souffler un vent nouveau, dès la mise en circulation effective du Bus rapide transit (Brt) et du Train express régional (Ter). Avec une flotte de 144 bus articulés pouvant contenir jusqu’à 150 passagers chacun, soit un total de 300.000 passagers par jour, sur un tracé de 18,3 kilomètres allant de Guédiawaye au centre-ville, le projet Brt dont la mise en service est prévue en 2022, combiné avec Ter d’une capacité de transport de plus de 115.000 voyageurs par jour avec 196 trajets entre Dakar et Diamniadio, va complètement révolutionner le transport de masse et changer le visage de la capitale.

Dans cette aire urbaine d’une densité de 12 617 hab./km2, le parc automobile qui ne compte pas moins de 400 000 voitures ne cesse d’impacter la qualité de l’air de la ville de Dakar. C’est la raison pour laquelle, avec un cumul de 415 000 passagers par jour, le Brt et le Ter propulsent l’agglomération de Dakar où vivent 3 938 358 habitants, dans l’ère du transport de masse à grand vitesse. Jusqu’ici, la capitale ne dispose pas d’un transport de masse fiable et prévisible. Ainsi, grâce à un système de transfert entre le Ter et le Brt, il sera possible de voyager en passant de l’un à l’autre avec le même ticket. Cependant, malgré la mise en exploitation du Ter en grande pompe, des doutes persistent sur la certification. Jusqu’à la mise en circulation, aucune information n’a été livrée sur l’autorisation de la mise en exploitation commerciale (Amec) que les autorités sénégalaises attendaient de l’Agence française de certification ferroviaire, Certifer. Et pourtant, le ministre des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement, Mansour Faye avait annoncé cette certification pour le 20 décembre au plus tard.

L’info