RECAPITALISATION, MARCHES D’APPROVISIONNEMENT…La Sar brise le silence pour «rétablir la vérité»

Au-devant de l’actualité avec le différend l’opposant à Locafrique et l’affaire du marché de 200 milliards qui serait passé illégalement, la Direction générale de la Sar est sortie hier de son silence. Elle s’est fendue d’un communiqué pour, dit-elle, éclairer le public sur ces points cruciaux concernant la société, évoqués dans la presse, afin de rétablir la vérité. Non sans égratigner Locafrique qui, dit-elle, a bénéficié en 2021, de marchés d’approvisionnement à hauteur de 225 milliards et dont ‘’l’exécution a occasionné 18 jours d’arrêt de la raffinerie et une perte de marge globale de 1,6 milliards FCFA du fait des contre-performances’’ de sa société de négoce Dermond Oil & Gas.

‘’La décision de recapitalisation a été prise par les administrateurs de la société lors du Conseil d’administration du 29 avril 2021 et approuvée à l’unanimité des actionnaires lors de l’Assemblée générale extraordinaire du 22 octobre 2021’’, précise d’emblée la direction de la Société africaine de raffinage (SAR). Ajoutant que lors de cette même Assemblée, les modalités de la recapitalisation ont été également fixées par les actionnaires, avec ‘’un apport entièrement en numéraire de 64 milliards FCFA à libérer dans un délai d’un mois’’. Mais Locafrique (34% des actions), lors de la réunion de l’Assemblée générale extraordinaire du 1er décembre 2021 pour valider les rapports du Conseil d’administration et des commissaires aux comptes portant sur l’augmentation de capital, a décidé de voter contre les résolutions sur les modalités de l’augmentation de capital. Pour la Sar, les responsables de Locafrique ont voulu imposer un débat sur la réévaluation des actifs, notamment immobiliers de la société, alors que l’Assemblée générale avait comme ‘’ordre du jour unique’’ le vote des résolutions sur l’augmentation du capital. A en croire la direction de la raffinerie, cette solution est bien connue. ‘’Face à cette décision surprenante et illégitime de Locafrique constituant un blocage effectif du processus de recapitalisation indispensable à la survie de la SAR, l’actionnaire majoritaire Petrosen Holding SA, en accord avec les autres actionnaires, a jugé utile de saisir, conformément à la loi, le Président du Tribunal de Commerce de Dakar à l’effet de désigner un mandataire ad hoc pour voter dans le sens de l’intérêt de la société et pour le compte de Locafrique SA, les projets de résolution permettant de finaliser le processus de recapitalisation de la SAR devant être voté à la majorité des ⅔ des voix des actionnaires en Assemblée générale extraordinaire prévue le 30 décembre 2021’’, expliquent les responsables de la Sar. Qui soulignent que leur démarche qui n’exclue pas la réévaluation des actifs, notamment ceux immobiliers, offre plus de garantie de liquidité afin d’améliorer la trésorerie de la SAR et n’entraîne aucune conséquence fiscale majeure pour la SA. ‘’Cette procédure de sauvegarde des intérêts stratégiques de la SAR est la seule permettant, dans l’immédiat, à celle-ci d’éviter une situation de cessation de paiements’’, affirment-ils. 

‘’Locafrique SA, par le biais de sa société de négoce Dermond Oil & Gas, a pu exécuter des marchés à hauteur de 225 milliards FCFA pour l’approvisionnement de la raffinerie en pétrole brut et en fuel oil en 2021…’’

Pour l’approvisionnement de la Sar qui fait l’actualité avec un marché de 200 milliards qui serait passé de gré à gré et sans en informer le Conseil d’administration, la Direction générale précise d’abord que la SAR est une société régie par le droit privé, soumise en matière de passation de marchés, aux règles statutaires encadrant les actes de gestion et a ses procédures internes. Et d’ajouter que l’approvisionnement de la raffinerie a toujours été réalisé par les directions concernées et contrôlé par le Conseil d’administration. Poursuivant, elle note que parmi les méthodes en matière d’approvisionnement en pétrole brut ou produits raffinés, ‘’l’allocation de quotas aux différents actionnaires’’ a été souvent retenue ces dernières années. ‘’Ceci dans la mesure où les actionnaires de la raffinerie sont des négociants de pétrole brut et de produits raffinés, donc des sociétés habilitées à fournir la raffinerie’’, explique la Sar. Elle précise que ‘’l’actionnaire, Locafrique SA, par le biais de sa société de négoce Dermond Oil & Gas, a pu exécuter des marchés à hauteur de 225 milliards FCFA pour l’approvisionnement de la raffinerie en pétrole brut et en fuel oil en 2021’’. D’ailleurs, la direction de la Sar fait remarquer que l’exécution de ces contrats par la société de négoce de Locafrique ne s’est pas faite sans problème. ‘’L’exécution desdits contrats a occasionné 18 jours d’arrêt de la raffinerie et une perte de marge globale de 1,6 milliards FCFA du fait des contre-performances de Dermond Oil & Gas’’, révèle-t-elle. Et comme si cela ne suffisait pas, la Sar note que Dermond Oil & Gas (appartenant à Locafrique) lui a transmis, par le biais de son avocat londonien, plusieurs lettres d’injonction sur des ‘’supposés manquements’’ en rapport avec le contrat de fourniture de pétrole brut. ‘’Ces allégations sont restées sans suite à ce jour après que les avocats de la SAR ont eu à apporter des éléments factuels pour les contredire et souligner les contre-performances de Dermond Oil & Gas’’, affirme la Direction de la Sar.

‘’Le contrat d’approvisionnement pendant l’arrêt métal a été signé pour sécuriser l’approvisionnement du pays en carburants à moindre coût’’

Poursuivant, la société note que c’est fort de cette situation, qu’à la faveur de l’arrêt métal, Petrosen, actionnaire majoritaire de la raffinerie, a fait une offre appréciable permettant à la SAR de s’exempter de tous les frais financiers liés à ce type d’opérations (lettres de crédit, traites, etc.), en accordant un crédit fournisseur de 60 jours à la SAR sans frais supplémentaires. ‘’Ce contrat a été signé pour sécuriser l’approvisionnement du pays en carburants à moindre coût dans le cadre d’un arrêt ponctuel des unités avec un effort consenti par la société nationale appartenant à l’ensemble des Sénégalais pour soutenir la raffinerie dans un contexte de tension de sa trésorerie’’, explique la Sar. Qui veut par la, balayer d’un revers de la main, les supputations sur un marché de 200 milliards qui serait passé sans en informer le conseil d’administration. 

A noter que la Sar a pour actionnaires, Petrosen Holding SA représentant l’Etat : 46%, Locafrique SA 34%, Sahara Energy resources Ltd : 8,18%, TotalEnergies Marketing Sénégal SA : 6,82%, ITOC SA : 5%).

L’info