COMPORTEMENT LORS DES INVESTUTURES… Ousmane Sonko tance les «patriotes»

C’est un véritable procès que le leader de Pastef Ousmane Sonko a tenu samedi à faire à ses militants et sympathisants. Le leader de Pastef qui s’offusque du comportement de bon nombre de ses camarades de parti lors des investitures, soutient à qui veut l’entendre qu’au sein de son parti, il y a certes de la quantité, mais peu de qualité pour diriger un pays avec tout ce que cela exige comme désintéressement et don de soi. 

Les récentes investitures pour les élections municipales et départementales ont visiblement laissé des stigmates à Pastef. Et la coupe semble pleine pour son leader Ousmane Sonko, qui samedi, lors du meeting de Pastef Italie, a tenu à dire ses quatre vérités à ses militants. ‘’La plupart d’entre nous ne sont pas différents de ceux que nous combattons et que nous voulons dégager du pouvoir. Parfois même, je me demande si nous ne sommes pas pires qu’eux. Parce que ce qui s’est passé lors des investitures et le comportement qu’on a eu, ne nous honore pas’’, fulmine-t-il. Visiblement très remonté contre certains de ses militants et responsables, Ousmane Sonko de souligner sans ambages que c’est seul à Pastef qu’on a vu au moment des investitures internes, des gens ruer dans les brancards parce qu’ils n’ont pas été choisis. ‘’On dirait même que les investitures étaient une fin en soi pour certains. Alors qu’au départ, on avait dit que même la personne de Ousmane Sonko importe peu et que ce qui compte, c’est le projet de société que nous proposons. Le projet n’a eu aucun changement jusqu’ici, ni dans le discours ni dans l’engagement. Mais le premier enseignement qu’on a tiré des investitures, c’est que les gens sont plus préoccupés par les postes que par le projet de société’’, rouspète l’inspecteur principal des impôts.

‘’Quelqu’un qui est capable de fuir avec des mandats, parce qu’il a reçu de l’argent, fera pire que ceux qui sont au pouvoir que nous voulons faire quitter’’

Droit dans ses bottes, Ousmane Sonko rappelle ainsi à ses militants, responsables et sympathisants, qu’en dépit du chemin qui a été parcouru et les soubresauts vécus jusqu’ici, la compréhension de son projet de société reste encore au sein de son parti. ‘’Il y en a même qui sont allés faire des listes parallèles parce qu’ils n’ont pas été investis, quitte à nous affaiblir dans beaucoup de localités du pays. Entre le discours sur le patriotisme et le comportement, il y a un grand fossé qui montre qu’on n’est pas différent des autres. C’est à Pastef seulement, que j’ai vu des gens convoquer la presse et occuper les réseaux sociaux pour dénoncer le fait qu’ils ne soient investis’’, s’offusque-t-il vigoureusement. Avant d’en remettre une couche : ‘’ceux qui ont fui avec des mandats, viennent de Pastef. Ceux qui ont kidnappé le mandat, viennent de Pastef. Ceux qui ont créé des listes parallèles sont de Pastef. Ceux qui ont falsifié des listes sont de Pastef. Tout ça ne rime pas avec les valeurs que nous défendons’’. Ousmane Sonko de se dire convaincu que celui qui est capable de descendre à ce niveau, est capable de détourner des deniers publics si jamais il accède à certains postes de responsabilité. ‘’Quelqu’un qui est capable de fuir avec des mandats, parce qu’il a reçu de l’argent, celui qui est capable de falsifier une liste, de bouder ou de créer une liste parallèle, si on lui donne des responsabilités dans ce pays, il fera pire que ceux qui sont au pouvoir et que nous voulons faire quitter’’, martèle-t-il face à ses militants de la diaspora avec qui, il s’est entretenu par visioconférence.

‘’On commence à avoir de la quantité, mais la qualité n’y est pas encore’’

Dans son réquisitoire aux allures d’une séance d’exorcisme interne, le leader de Pastef qui appelle ses militants et responsables à un changement radical de comportement, soutient que la qualité manque à Pastef bien qu’il y ait de la quantité. ‘’Nous devons revoir nos comportements. On commence à avoir de la quantité, mais la qualité n’y est pas encore. Certains me diront que c’est un problème de formation, d’autres de maturité politique. Mais il y a certains comportements qui sont innés chez l’individu. Il faut croire en ses principes. Le parti a beaucoup formé. Nous avons parlé partout, nous avons privilégié l’éducation par le comportement. La première formation c’est par l’exemple et la pratique’’, déclare-t-il. Non sans préciser qu’à côté, il y a des militants et responsables qui méritent respect et considération, de par leur dévouement, leur engagement et leur désintéressement. ‘’Je tiens à rendre un vibrant hommage aux militants lambdas qui travaillent en sourdine pour le développement du parti. Ils sont beaucoup plus nombreux que ceux qui sont visibles’’, soutient-il. Pour Ousmane Sonko, il n’y a point besoin de remercier un patriote, son action étant un sacerdoce pour les générations à venir. ‘’Notre choix n’est point facile, puisqu’on pouvait rester dans notre coin et mener notre vie tranquillement. Mais on n’a choisi de porter ce combat pour un changement structurel de notre pays. C’est le difficile qui est le chemin. On a choisi le chemin le plus difficile et nous vous en remercions beaucoup et vous encourageons. Le travail c’est un travail collectif. Mais le message que je voulais délivrer c’est qu’il nous reste encore beaucoup de choses à faire’’, clame-t-il. Invitant ainsi ses militants et responsables à travailler sérieusement pour traduire sa vision en acte. ‘’Nous avons fait certes du chemin, mais il nous reste beaucoup de choses à faire. Mais si je dis qu’il nous reste du chemin, ce n’est pas seulement la marche vers le pouvoir, mais notre comportement en tant que militant. Lors des investitures, nous avons vu ce qui s’est passé’’, déplore-t-il. 

‘’Nous sommes 17 millions de sénégalais. Ce sont ces 17 millions de Sénégalais qui peuvent faire le pays’’ 

Ousmane Sonko ne s’est pas pour autant empêché de rendre un vibrant hommage aux militants et responsables Pastef de la diaspora sénégalaise. Ces derniers, selon le leader de Pastef, ont toujours montré plus d’abnégation et de compréhension par rapport au projet qu’il prône. ‘’Nous vous invitons à croire davantage au projet que nous prônons pour construire le pays, à mettre l’intérêt général au-devant. Nous sommes 17 millions de sénégalais. Ce sont ces 17 millions de Sénégalais qui peuvent faire le pays. Ousmane Sonko peut proposer un projet, un programme, mais il ne peut pas faire tout seul le pays. Tout le monde ne peut pas être dans l’Etat. Il faut que certains soient dans l’élevage, d’autres dans l’agricultures, la mécanique, le tissage, entre autres secteurs d’activité’’, déclare-t-il. Avant d’ajouter : ‘’nous savons ce que vous endurez dans la diaspora. Nous ne sommes pas assez naïfs pour croire que vous êtes tous nantis. Nous avons ce que vous endurez pour survivre, pour investir dans le pays. Vous vous êtes mobilisez, pour réunir de l’argent afin de participer au financement de notre projet. Nous vous donnons en exemple et en référence dans le parti. Si nous accédons au pouvoir, sachez que vous aurez une place privilégiée dans nos politiques. Parce que la diaspora turque qui était en Italie a participé au développement de la Turquie. Vous êtes les fers de lance du développement de notre pays’’. 

L’info