APRÈS DES ANNÉES D’ATTENTE : Les travaux de l’Agropole Sud enfin lancés

Le ministre du Développement industriel et des Petites et Moyennes industries a procédé hier, au lancement des travaux de l’agropole Sud financé à hauteur de 57 milliards Fcfa. 

Les travaux du module central de l’Agropole Sud ont été officiellement lancés hier à Baghagha, dans la commune de Adéane, par le ministre du Développement industriel et des Petites et Moyennes industries. Accueilli dans une ambiance festive par les populations, Moustapha Diop a expliqué aux populations les raisons qui ont amené l’Etat à concevoir le projet des agropoles. ‘’La création des agropoles procède d’une analyse de la situation de notre économie qui montre un faible taux de transformation industrielle de notre production agricole estimée à 13% contre 22% au Maroc, 45% en Tunisie et 97% en Afrique du Sud’’, dit-il. D’après le ministre, c’est le diagnostic fait sur le faible taux de transformation des produits agricoles qui consacre toute la pertinence du concept agropole qui intègre en parfaite complémentarité l’Agriculture et l’industrie. 

Ce projet est en effet bâti selon une démarche de structuration et de développement des chaines de valeur, l’intensification de la transformation agroindustrielle des produits agricoles par le biais de la promotion de l’investissement privé. ‘’C’est parce qu’il cible des secteurs hautement stratégiques pour le développement économique et social de notre pays, que le projet des agropoles est prioritaire. Il vise l’amélioration du bien-être des populations vivant surtout en milieu rural’’, soutient Moustapha Diop sur ce projet financé à hauteur de 57 milliards de nos francs par la Banque africaine de développement (28 milliards), la Banque islamique de développement (18 milliards) et l’Etat du Sénégal (11 milliards). Ainsi, du fait de leurs approches orientées vers les exploitations familiales, par le biais de la contractualisation entre agriculteurs et industriels, les agropoles auront, selon Moustapha Diop, un impact direct sur les nombreux ménages ruraux qui verrons ainsi leurs conditions de vie sensiblement améliorées. 

Les agropoles permettront, d’après le ministre, aux collectivités territoriales, d’accueillir des investissements privés susceptibles de booster l’économie locale et d’offrir des emplois décents aux jeunes et aux femmes, grâces aux efforts conséquents que l’État aura consentis dans la réalisation d’infrastructures structurantes. Ces infrastructures sont, entre autres, des routes, des pistes, des réseaux électriques, des réseaux en eau, de l’assainissement, internet, ainsi que de nombreux services qui seront offerts aux collectivités. Mais déjà, renseigne Moustapha Diop, pour le seul site du module d’Adéane érigé dans le village de Baghagha, plus de 812 millions de francs CFA est en train d’être payés aux familles expropriées. 

L’info