DESENCLAVEMENT DES ZONES AGRICOLES ET MINIERES : La BAD accorde plus 104 milliards Fcfa au Sénégal

Le Conseil d’administration du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé, hier, à Abidjan, l’octroi d’un prêt de 161,62 millions d’euros (plus de 104 milliards Fcfa) au Sénégal pour la mise en œuvre de la phase 1 du Programme de désenclavement des zones agricoles et minières (Pdzam-1) du nord du pays.

‘’Le prêt est composé de 117,62 millions d’euros qui proviendront de la Banque africaine de développement et 44 millions d’euros de l’Africa Growing Together Fund (AGTF), un fonds créé conjointement par la Banque africaine de développement et la Banque populaire de Chine’’, renseigne la BAD, dans un communiqué de presse. Les travaux concernent la construction de 483 kilomètres de routes sur plusieurs sections : Kidira-Bakel (65 km), Boucle du riz (172,44 km), Louga-Keur Momar Sarr-Richard Toll (116,27 km), Orofondé-Matam dans le Dandé Mayo Nord (104,23 km) et 25 km de la RN2 entre Thiès et Kébémer. Le projet bénéficiera aux régions et départements dont Thiès, Tambacounda, Saint-Louis, Louga et Matam ainsi que Tivaouane, Dagana, Bakel, Kébémer, Kanel. Le programme inclut également la réalisation des aménagements intégrés, constitués de voiries et de pistes rurales, d’infrastructures socioéconomiques et marchandes, et des appuis aux groupements de femmes et de jeunes, notamment pour la transformation des productions agricoles. Le projet doit contribuer à la mise en valeur et à la transformation des potentialités économiques des régions du nord du Sénégal par la réduction des coûts de transport. La production rizicole et minière devrait ainsi augmenter grâce à la hausse du trafic, la réduction des coûts généralisés du transport et la résilience climatique des infrastructures routières. 

Par ailleurs, le programme soutiendra la construction d’un poste de pesage, l’amélioration de la sécurité routière et celle de l’employabilité des jeunes à travers les chantiers-écoles dans les secteurs du BTP (Bâtiment et travaux publics) et de l’agriculture. La zone d’intervention du programme abrite une population estimée à 2,9 millions d’habitants en 2019, constituée pour moitié de femmes. 

L’info