CONFORMITÉ ENVIRONNEMENTALE DU TER : Un audit réclamé par les bailleurs

En attente d’une certification de la filiale française Certifer, le Ter devrait faire l’objet d’un audit de conformité environnementale. Selon Lumière Synergie, cet audit est exigé par les bailleurs suite, aux multiples complaintes des impactés que l’Ong assiste. 

Alors que les autorités sénégalaises attendent l’autorisation de mise en exploitation commerciale (Amec) de l’Agence française Certifer pour faire circuler le Train express régional (Ter), un audit de conformité environnementale de ce projet est exigé par les bailleurs. D’après l’organisation Lumière Synergie pour le développement (Lsd) qui appuie les impactés du Ter dans le combat pour leur indemnisation qui a abouti à une plainte contre la Banque africaine de développement (Bad) et l’Agence française de développement (Afd), les bailleurs veulent savoir si ce projet est conforme aux exigences environnementales. Ainsi, après la plainte qui a débouché sur des conciliations qui durent depuis 2 ans mais sans succès, les bailleurs veulent voir plus clair sur ce projet. ‘’Récemment, nous avons reçu une information selon laquelle, on va aller vers un audit de conformité. C’est-à-dire que le projet du Ter va être audité par les bailleurs pour voir s’il est conforme aux normes environnementales et sociales. Nous attendons les prochaines étapes’’, a annoncé Haby Dia. Pour la vice-présidente du Lsd, la mise en circulation du Ter prévue le 27 décembre prochain n’entravera en rien le combat que mène l’organisation pour l’indemnisation des impactés. ‘’La mise en circulation du Ter ne peut pas empêcher les communautés de réclamer leurs dus. Elles vont continuer de réclamer leurs droits qui sont légitimes’’, a indiqué Haby Dia. S’exprimant en marge d’une cérémonie de remise de kits alimentaires et sanitaires aux impactés du Ter, la vice-présidente de Lsd note que sa structure a fait tout ce qu’elle devait faire pour que les populations rentrent dans leurs droits, mais malheureusement jusqu’à présent, rien n’a été fait. Interrogée sur la question, Fatou Dione, coordonnatrice départementale de Dakar des impactés du Ter, dénonce ce qu’elle qualifie de discrimination. D’après elle, le Plan complet de réinstallation (PCR) élaboré par l’Etat du Sénégal en collaboration avec la Banque africaine de développement (Bad) pour l’indemnisation des victimes vivant dans les 18 communes de Dakar que traverse le Ter, n’a pas été respecté. ‘’Les barèmes établis n’ont été respectés nulle part dans le département de Dakar. Il était prévu de procéder d’abord au payement des indemnisations avant le déguerpissement’’, dénonce-t-elle. Précisant que les barèmes établis prévoient pour les impactés détenteurs de titres fonciers, 332.100 francs le m3, 233 francs par mètre carré pour les détenteurs de bail. Pour ce qui est des titres précaires, la coordonnatrice départementale des impactés du Ter, dit avoir constaté 3 types de barèmes. 

L’info