MINISTERE DU COMMERCE : Les commissaires aux enquêtes économiques chargent Assome Diatta

Les commissaires aux enquêtes économiques ne sont pas du tout contents de leur ministre. Dans une lettre qui lui a été adressée le 8 décembre, et don L’info a copie, le président Amadou Touba Niane et ses collègues n’ont pas mis de gants pour dénoncer les ‘’sérieuses difficultés’’ auxquelles fait face le ministère du Commerce. Mais aussi le ‘’climat de travail délétère’’, l’absence de perspective et la gestion inefficace et incohérente des ressources humaines, le tout couronné par une ‘’gestion solitaire’’ du département par Assome Diatta. 

C’est à croire que la fronde fuse de partout au ministère du Commerce et des Petites et moyennes entreprises où après le Syndicat des national du commerce, ce sont les commissaires aux enquêtes qui fustigent la gestion dudit département par Aminata Assome Diatta. L’amicale les regroupant a en effet, écrit au ministre de tutelle, pour lui asséner ses vérités sur la situation difficile dans laquelle est plongée le ministère. ‘’Le département du commerce fait face à des difficultés, en atteste la sortie récente du Synacom (syndicat). Une situation à laquelle l’Amicale des commissaires aux enquêtes économique ne saurait être indifférente’’, clament d’emblée le président Amadou Touba Niane et Cie. Qui affirment que leur amicale se solidarise du Syndicat national des travailleurs du commerce sur tous les sujets vitaux et intérêts ministériels soulevés et dont l’aboutissement aura un fort impact sur le bien-être des agents de l’administration du commerce. Poursuivant, l’Acce dénonce les conditions exécrables de travail qui poussent les agents à aller chercher ailleurs. ‘’L’Amicale se désole de la cadence soutenue des départs de collègues commissaires vers d’autres administrations en quête de conditions de travail beaucoup plus favorables à l’éclosion de leurs compétences’’, souligne-t-elle. Et de préciser à l’endroit d’Assome Diatta, que ‘’ces départs sont consécutifs à l’absence de perspectives de carrière au sein du ministère du Commerce et à la gestion inefficace voire incohérente des ressources humaines’’. Il s’y ajoute, selon l’Acce, ‘’un climat délétère qui ne contribue guère au resserrement des liens dans le département’’. Dès lors, regrettent les commissaires aux enquêtes économiques, ‘’le travail en pâtit’’. Et pire, ‘’des relents d’une gestion solitaire sont vraisemblablement mis en exergue’’. Durcissant le ton contre la tutelle, le bureau de l’Acce rappelle au ministre que le portage des intérêts matériels et moraux de ses membres, indissociables de ceux du ministère, constitue la contrepartie de leur soutien à ses actions. Mais, ajoutent le président Niane et Cie, qu’au regard de la situation actuelle ‘’l’Amicale est en droit de s’interroger sur l’utilité d’un tel compagnonnage’’. Insistant sur son indifférence à leur égard, le président Niane et ses collègues de souligner à l’intention d’Assome Diatta : Si votre engagement politique ne fait l’ombre d’aucun doute, pour autant, la cause des commissaires aux enquêtes économiques demeure toujours un défi à relever sous votre magistère’’. ‘’En conséquence, l’Amicale vous invite à une reprise en main de la situation au bénéfice de votre famille naturelle des commissaires aux enquêtes économiques, afin d’éviter que la charge mémorielle ne vous propulse à un champ de regrets’’, conclut la lettre. 

L’info