GESTION DE L’HYDRAULIQUE URBAINE : Mignane Diouf cloue au pilori la Sen’Eau

En charge de la gestion de l’eau en milieu urbain et périurbain, depuis le 1er janvier 2020, la Sen’Eau peine à donner satisfaction aux clients avec des coupures d’eau fréquentes et parfois longues. C’est à ce triste constat que sont arrivés, un groupe d’économistes. 

‘’Le contrat signé avec Suez demeure un fiasco politique, diplomatique, économique et financière’’, a déclaré ce week-end le coordinateur du Forum social sénégalais (FSS), Mamadou Mignane Diouf. Un point de vue partagé par d’autres économistes qui ont pris part, ce samedi, au débat, « les samedis de l’économie », initié par l’ARCADE, en collaboration avec la Fondation Rosa Luxembourg. La conférence portait sur le thème : « Le fiasco de la gestion de la Sen’Eau ». Pour Mamadou Mignane Diouf, la Sen’eau, filiale de la française Suez, a hérité de la gestion de l’eau dans des ‘’conditions nébuleuses, douteuses et qui flairent la corruption’’. Selon lui, ce contrat d’affermage de Suez n’a pas encore révélé tous ses secrets. ‘’Le contrat signé avec Suez dans ces conditions demeure un fiasco politique, diplomatique, économique et financière’’, a insisté M. Diouf. ‘’Ce dossier est nébuleux et personne ne peut dire le contraire’’, a-t-il martelé. En vérité, dit M. Diouf, il y a belle et bien ‘’un conflit d’intérêts’’, mais aussi de la ‘’corruption’’ dans ce contrat. Il dit ne pas comprendre comment Suez peut dépasser des villes comme Dakar, Rufisque, Thiès, Mékhé, Kébémer, Louga… pour offrir des matériaux d’assainissement à la mairie de Saint-Louis, qui est dirigée par Mansour Faye, le ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement d’alors, qui est une personnalité responsable du processus d’appel d’offres lancé en 2016. ‘’Quelle est cette générosité ciblée ? Qui a besoin de matériels hydrauliques plus que Rufisque, Dakar, Thiès, Kébémer et Louga ?’’, s’est-il interrogé, répétant que ‘’cette générosité ciblée a une relation avec le processus de sélection de ce contrat’’. ‘’Nous avions écrit à l’époque, au directeur de Suez pour lui dire voilà des images qui montrent que votre entreprise a offert ces bennes là, au Sénégal à des politiques. Personne ne pourra me dire que cela n’est pas une corruption’’, a-t-il insisté. Selon lui, la preuve du fiasco de la gestion de la Sen’Eau, ce sont les pénuries d’eau aggravées, la mauvaise qualité de l’eau et les factures trop élevées pour de nombreuses familles sénégalaises notamment de la capitale. 

L’info