POLITIQUES D’EMPLOI DES JEUNES : Les députés réclament le regroupement des fonds dédiés

Les députés ont profité hier du passage du ministre Néné Fatoumata Tall pour exiger le regroupement de tous les fonds dédiés à la jeunesse dans une seule entité. Mais pour le ministre des Finances et du Budget, Abdoulaye Daouda Diallo ‘’ce n’est pas la bonne lecture qu’il faut avoir dans les politiques publiques’’.

Les députés ont dénoncé hier la dispersion des fonds dédiés aux politiques de jeunesse. Ainsi, pour plus d’efficacité et d’efficience, les représentants du peuple ont demandé de les regrouper dans une seule entité. ‘’Je déplore la dispersion des fonds (de jeunesse). Je plaide pour le regroupement de ces fonds pour une meilleure efficacité de l’action gouvernementale’’, a plaidé Aida Mbodji. ‘’Je ne vois pas comment vous pouvez aider les jeunes avec cette dispersion de ces fonds’’, renchérit-elle. Abondant dans le même sens, son collègue Nadianko Sané a émis le souhait de voir tous les financements de la jeunesse loger au sein du ministère de tutelle pour plus d’efficacité. Une position appuyée par Mamadou Woury Bailo Diallo. ‘’Nous gagnerons plus en efficacité si on regroupe tous les fonds destinés à la jeunesse. C’est un problème de cohérence. Ce qui nous anime, c’est l’efficacité et la rationalisation des ressources de l’Etat’’, a-t-il soutenu. ‘’Notre adversaire n’est pas l’opposition. Notre adversaire, c’est le chômage des jeunes. Mettez davantage de ressources pour l’emploi des jeunes’’, a-t-il indiqué. 

Cheikh Abdou Mbacké Barra Dolly : ‘’Les jeunes sont fatigués. Les politiques de jeunesse ne sont pas bonnes’’

De son coté, Cheikh Abdou Mbacké Barra Dolly a ramé à contre-courant de ses collègues. ‘’Les jeunes sont fatigués. Les politiques de jeunesse ne sont pas bonnes. Vous n’avez pas une vision adéquate de la jeunesse’’, a-t-il déclaré s’adressant au ministre Néné Fatoumata Tall. Lui emboitant le pas, Mamadou Diop Decroix relève que l’année dernière, des députés ont posé les mêmes doléances. Ce qui montre selon lui, que les choses sont restées en l’état depuis lors. 

Abdoulaye Daouda Diallo justifie la dispersion des fonds

En rection, le ministre des Finances et du Budget, Abdoulaye Daouda Diallo a apporté des précisons. Selon lui, s’il fallait regrouper tous les fonds dédiés à la politique de jeunesse, le Sénégal allait se limer à 2 départements ministériels. ‘’Ce n’est pas la bonne lecture qu’il faut avoir des politiques publiques. Je pense que si c’est seulement une question de fonds, ce serait minimiser la mission des politiques de jeunesse. La jeunesse occupe une place importante dans l’allocation budgétaire’’, a-t-il expliqué aux députés sur cette question. ‘’Il y a une certaine interaction entre les agents de l’ANPEJ et les autres structures qui sont présentes dans les pôles emploi’’, a, de son côté appuyé Néné Fatoumata Tall.

Demba Koïta, Bby : ‘’Quand j’ai vu le montant qui est prévu pour un Dac, j’ai sursauté. Avec 6 000 000 000, on peut installer 120 fermes modernes’’

Les Domaines agricoles communautaires (Dac) étaient aussi au cœur des débats lors du vote du budget du ministère de la Jeunesse. Sur cette question, beaucoup de députés ont plaidé pour la multiplication des Dac dans tous les départements. Pour le député Mberry Sylla, la réduction du taux de chômage passe inévitablement par la multiplication de ces Dac. Pour Toussaint Manga, il faut aussi aller vers la création des Dac à vocation rizicole. ‘’La région de Ziguinchor est une région rizicole. Je demande à ce qu’un Dac à vocation rizicole y soit installé. S’il y a un Dac à vocation rizicole dans cette région, le Sénégal arrêterait d’importer du riz’’, a-t-il soutenu. Mais pour son collège Demba Koïta de la mouvance présidentielle, il est temps que le gouvernement revoit le concept et le montage financier des Dac. ‘’Quand j’ai vu le montant qui est prévu pour un Dac, j’ai sursauté. Avec 6 000 000 000, on peut installer 120 fermes modernes. Est-ce qu’il n’est pas temps qu’on revoit le modèle. Est-ce qu’il ne faudrait pas qu’on installe 2 petites fermes de 50 à 60 millions par région pour permettre aux jeunes de chaque département d’y travailler’’, suggère-t-il. ‘’Ce serait dommage qu’on continue sur ce rythme sur ces Dac qui ne seront jamais exploités à 100%’’, a-t-il déploré.

Hormis la problématique de l’emploi des jeunes, les députés ont également plaidé pour que cette frange de la population puisse, dans le cadre du programme 100 000 logements, accéder à l’habitat. ‘’Dans le programme des 100.000 logements, le ministère de la Jeunesse doit se battre pour que les jeunes soient pris en compte. La jeunesse a besoin aussi de travail, mais aussi de logement’’, a demandé Toussaint Mangue au nom de la jeunesse. 

‘’Le programme a connu quelques lenteurs, mais le Prodac a connu des bonds considérables ’’

Dans sa prise de parole, le ministre de la Jeunesse a reconnu quelques lenteurs dans l’implantation des Domaines agricoles communautaires, ‘’Le programme a connu quelques lenteurs’’, a-t-elle soutenu. Cependant, elle a donné des assurances sur leur poursuite dans les meilleurs délais. «Il faut reconnaitre que ces dernières années, beaucoup d’efforts ont été faits. Le Prodac a connu des bonds considérables’’, relève-t-elle tout en annonçant l’inauguration de 2 Dac en 2022. Elle a en outre, annoncé le recrutement de 1000 volontaires pour le service civique national dont 300 sont déjà recrutés et formés. Pour ce qui est animateurs socioculturels, elle confie que le programme de recrutement est en train d’être exécuté. En ce qui concerne les conseillers emploi, le ministre de la Jeunesse a annoncé le recrutement 100 conseillers qui sont déjà déployés dans les départements en raison de 2 par département. 

Au terme des débats, les députés ont adopté le budget du ministère de la Jeunesse qui est arrêté à la sommes 23 317621095 francs CFA en autorisation d’engagement (Ae) et en crédits de paiement (Cp), contre 17 569236297 Francs CFA en 2021, soit une hausse de 5 748384798 Francs CFA,  en valeur absolue et 32, 7%, en valeur relative. 

L’info