GREVE : Mansour Faye fustige le refus de dialoguer des transporteurs

La réunion d’urgence prévue hier, entre le Cadre unitaire des syndicats des transports routiers du Sénégal (CUSTRS) qui est à son deuxième jour d’arrêt de travail, ayant échoué, le ministre des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement,Mansour Faye constate pour le regretter le refus de dialoguer des syndicalistes. 

‘’Le gouvernement constate pour le déplorer la volonté du Cadre de ne pas entamer les discussions. Le gouvernement est ouvert au dialogue’’, a déclaré hier, à l’entame de sa déclaration face aux journalistes, Mansour Faye visiblement déçu de n’avoir pas rencontré les transporteurs regroupés dans le Cadre unitaire des syndicats des transports routiers du Sénégal (CUSTRS).  Ces derniers qui sont à leur deuxième jour de grève, revendiquent, entre autres, la fin des tracasseries policières, l’assainissement du secteur du transport envahi par des mototaxis communément appelées « Tiak Tiak », des « clandos », l’amélioration des conditions de travail des chauffeurs. Et la liste n’est pas terminée. ‘’Depuis hier, je suis en contact avec certains syndicalistes. Nous avions une rencontre aujourd’hui, mais après vérification auprès d’eux, ils ont exigé la présence du ministre de l’Intérieur, des Forces armées, du Travail, des Collectivités locales, de l’Environnement. Mais si ces ministres ne sont pas présents physiquement, il y a la présence de responsables de haut niveau de ces départements’’, s’est dédouané M. Faye, rappelant que le 9 novembre dernier aussi, les syndicats du transport avaient également boycotté la rencontre prévue, entre eux et son département. 

Cependant, le ministre des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement a réitéré l’ouverture du gouvernement à négocier avec les grévistes. Affichant la bonne volonté du gouvernement, Mansour Faye a annoncé la finalisation d’un circulaire pour alléger les contrôles sur le corridor Dakar-Bamako. Selon lui, les règles de l’UEMOA ne prévoient que trois postes de contrôle sur ce corridor. ‘’Et sur le corridor Dakar-Bamako, cette directive communautaire est en train d’être appliquée’’, a assuré le ministre. Selon lui, désormais, il y aura trois contrôles sur le corridor Dakar-Bamako, notamment à Diamniadio, Kaffrine et Kidira. Et ce sera des contrôles mixtes regroupant, la police, la douane, la gendarmerie et les eaux et forêts. 

Concernant le contrôle à l’essieu encadré par le règlement 14 de l’UEMOA, Mansour Faye a juré que le Sénégal l’applique avec beaucoup de tolérance. 

Pour ce qui est de   la concurrence déloyale dans le domaine du transport, il promet de prendre des mesures. ‘’On peut aller vers la régulation ou accentuer les contrôles’’, a indiqué M. Faye.  

Interpellé sur l’impact économique de la grève des transporteurs, Mansour Faye a laissé entendre que l’évaluation n’a pas encore été faite. ‘’Mais l’évaluation se fera avec les économistes du ministère des Finances’’, a-t-il assuré. ‘’Le gouvernement est sensible aux nombreux désagréments subis par les usagers qui ne sont pas allés au travail, à l’école, à l’hôpital, et les conséquences sur l’économie. Au total, le gouvernement déplore les conséquences de cette grève’’, a regretté le ministre des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement. 

Cependant, Mansour Faye a averti en ces termes : ‘’Le gouvernement tient à l’ordre public. Il réitère son attachement à l’ordre public. Il condamne les saccages sur les véhicules de ceux qui veulent travailler. Le gouvernement prendra les mesures idoines pour assurer la sécurité à ceux qui veulent travailler ou vaquer à leurs occupations’’, a-t-il certifié. 

L’info