SECTEUR DE L’ELEVAGE : Macky Sall demande un guichet spécial pour les acteurs

Pour booster le secteur de l’élevage, le chef de l’État insiste sur la mise en place d’un guichet spécial de 8,5 milliards de FCFA, pour le financement des acteurs, en 2022. C’est ce qui ressort du Conseil des ministres tenu hier. 

Le Chef de l’État demande à la DER/ FJ de déployer un guichet spécial, pour accélérer la mise à disposition des financements projetés (8, 5 milliards FCFA en 2022) destinés aux acteurs et filières de l’Élevage. En réunion du Conseil des ministres d’hier, Macky Sall est largement revenu sur la journée nationale de l’Élevage célébrée le 27 novembre 2021. Il a, à cet effet, demandé au gouvernement de poursuivre la promotion des investissements publics et privés dans le secteur à travers des partenariats innovants et des financements renforcés et accessibles aux éleveurs et aux autres opérateurs du secteur. ‘’Le président de la République rappelle qu’il tient particulièrement à l’accroissement continu des productions de lait et de viande (avec la subvention à hauteur de 50 % des importations de génisses) ; à la consolidation des chaines de valeur des filières afin d’asseoir notre souveraineté alimentaire et le renforcement de la place du secteur dans la richesse nationale, le développement de l’entreprenariat et la création d’emplois sur l’étendue du territoire national ‘’, relate le communiqué du conseil des ministres. Dans cet élan, le président de la République rappelle au gouvernement, l’urgence de promouvoir une politique d’élevage intensif et semi-intensif par la mise en œuvre, à partir de 2022, de sa décision de porter le Fonds de stabulation (FONSTAB) à 5 milliards FCFA/an. 

Par ailleurs, abordant la question liée au suivi de l’application des orientations et recommandations de la troisième Conférence sociale dont il a présidé la cérémonie de clôture, le vendredi 26 novembre, le Chef de l’État rappelle au gouvernement l’impératif de bâtir une croissance inclusive et durable, en accélérant la transition de l’économie informelle vers l’économie formelle ;  de veiller au travail décent, ainsi qu’au renforcement du système national de retraite à travers notamment une hausse de 10% d’ici fin décembre 2021 des pensions de retraite,  l’examen des modalités de relèvement progressif des cotisations retraite et d’enrôlement des agriculteurs, éleveurs, pécheurs, artisans et acteurs du secteur informel, le recours incitatif à la retraite complémentaire et l’accélération du processus de consolidation des régimes et structures de gestion des retraites (FNR, IPRES, CSS). Le Chef de l’État indique, par ailleurs, l’urgence d’actualiser le code de sécurité sociale et ses textes réglementaires subséquents, afin de consolider le socle de protection sociale en intégrant les contributions des programmes sociaux d’envergure (Bourses de sécurité familiale, Couverture maladie universelle, Carte d’égalité de chances …) lancés depuis 2012. En fin, le Chef de l’État est revenu sur l’innovation dans le pilotage de l’action publique et la nécessaire généralisation des systèmes de management de qualité dans les administrations avec en ligne de mire la gestion axée sur les résultats (GAR).

L’info