CODE DE LA PRESSE, EDIFICES CULTURELS, MISS SENEGAL…: Le grand oral d’Abdoulaye Diop

La tutelle travaille à apporter les meilleures solutions au secteur de la presse. Abdoulaye Diop l’a affirmé hier, en défendant devant les députés, son budget arrêté à plus de 61 milliards FCFA. Le ministre de la Culture et de la Communication a étalé son programme de construction, de réhabilitation d’équipement et valorisation des sites culturels, tout en se félicitant des pas de géant accomplis ces dernières années par le cinéma sénégalais. 

‘’Sur le plan de la presse et de la communication, nous essayons d’apporter de meilleures solutions. Le Code de la presse est effectif. Son application dans les organes de presse est en cours et nous allons y arriver. De même, les cartes de presse sont en train d’être distribuées’’, a déclaré hier devant les députés, le ministre de la Culture et de la Communication. Selon Abdoulaye Diop, ‘’l’avant-projet de loi sur la publicité est en cours d’élaboration’’. 

A propos des centres culturels, des festivals, de la valorisation des sites et personnalités historiques, le ministre soutient que son département y travaille. ‘’Les centres culturels doivent être traités d’une façon particulière. Il y a un programme de construction et d’équipement de plusieurs sites culturels.  (…). Pour la valorisation des sites, nous venons de finir le projet de livre de l’histoire du Sénégal. Ce qui en ressort, c’est qu’il y a beaucoup de localités à valoriser. Nous allons valoriser les sites historiques et il y a un vaste programme qui est en train d’être fait’’, explique-t-il entre autres, en citant le cas du mémorial de Gorée-Almadies qui va très bientôt être construit. Poursuivant, le ministre de la Culture et de la Communication s’est félicité des performances de du cinéma sénégalais. ‘’Le cinéma nous apporte beaucoup, avec 20 films produits par le FOPICA. Les films sénégalais sont vendables partout dans le monde’’, se réjouit Abdoulaye Diop. Qui annonce dans la foulée, que ses services encadrent les promoteurs privés pour l’ouverture prochaine des (salles de) cinémas dans tout le pays.

Affaire Miss Sénégal : Abdoulaye Diop s’en lave presque les mains

L’affaire du viol présumé de Miss Sénégal 2020 qui a secoué la toile et le pays ces derniers jours, a été hier à l’ordre du jour du face-à-face entre le ministre de la Culture et les députés. Interpellé sur le lien entre le comité d’organisation et la tutelle et sur le possible retrait de la licence ou de l’agrément de l’Etat, c’est à peine si Abdoulaye Diop ne s’est pas lavé les mains du dossier, estimant que l’organisation de Miss Sénégal est une affaire privée. ‘’L’historique de Miss Sénégal, c’est que le label a été créé par Demba Ndir. Lorsqu’il a voulu quitter le pays pour émigrer aux États-Unis, il a vendu le label à Moïse Ambroise Gomis qui, à son tour, a vendu le label à Mariam Badiane. Donc c’est des privés qui organisent cette activité’’, soutient-il. Mais pour lui, ce qui est important dans cette affaire, c’est qu’avec tous les déséquilibres qu’elle a créés ces derniers jours, elle mérite qu’elle soit revue avec tous les acteurs pour redéfinir la voie à suivre pour que Miss Sénégal continue son rayonnement et ses valeurs sans problème.

L’info