VOTE DU BUDGET DU MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR : Passe d’arme entre Decroix et Cheikh Oumar Anne

Arrêté à la somme de 367.885.168.131 FCFA, le budget du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation pour l’année 2022 a été adopté hier par l’Assemblée nationale. Face aux députés, Cheikh Oumar Anne a décliné les projets phases inscrits au budget. Mais il faut souligner que les débats ont été teintés de passe d’arme entre le député Mamadou Diop Decroix et le ministre de tutelle.

Le budget du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation a été voté hier par les députés de la treizième législature. Il est arrêté à la rondelette somme 367 885 168 131 FCFA en autorisation d’engagement (limite supérieure des dépenses durant l’année) et 258.186.961.675 FCFA en crédits de paiement (la limite supérieure des dépenses pouvant être ordonnancées ou payées pendant l’année). 

L’année dernière, le montant en autorisation d’engagement était supérieur, avec 450.861.409.845 FCFA, alors que celui des crédits de payement était inférieur (239.407.275.175 FCFA). Mais le semblant de baisse ne l’est pas en réalité, du fait de l’augmentation des crédits de payement, en hausse de plus de 18 milliards. Selon Cheikh Oumar Anne, ses services sont en train de faire un reclassement des dépenses de transfert pour plus de transparence budgétaire. En ce sens, il note que beaucoup de montants qui étaient jadis inscrits au niveau des transferts courants et en capital, sont en train d’être ramenés dans la rubrique des acquisitions de biens et services et des investissements exécutés par l’État. Cheikh Oumar Anne soutient qu’à moyen terme, l’objectif est d’avoir dans chaque région du Sénégal, un Institut supérieur d’enseignement professionnel (ISEP) avec une capacité d’accueil de 3.000 étudiants.  En 2022, le MESRI prévoit de consacrer 74.19 % du budget global à l’amélioration de la qualité des enseignements, à la promotion de l’employabilité et l’insertion professionnelle dans les instituts d’enseignement supérieur (IES.) 

Pour les œuvres sociales et universitaires, 75.85 % des 118.2 milliards des autorisations d’engagement seront dédiés à l’amélioration de la qualité de vie des étudiants. Alors que l’accroissement des capacités d’accueil des campus sociaux devrait absorber 23.99 % du budget du programme « œuvres sociales et universitaires. » Suffisant pour que le ministre soutient qu’avec l’avènement du Président de Macky Sall, ‘’tout ce qui était impossible est devenu touchable aujourd’hui dans l’enseignement Supérieur’’. ‘’Les résultats de notre enseignement supérieur sont reconnus et salués, même à l’étranger. En Afrique, nous pouvons dire que le Président a réussi à imposer son leadership en matière d’enseignement supérieur, grâce à sa vision’’, soutient-il.

Mamadou Diop Decroix : ‘’Vous avez un problème de vision’’

Par ailleurs, le ministre s’est félicité des résultats obtenus au baccalauréat 2021, avec un taux de réussite de 45.3 %. Mais sur ce point, il a été taclé par le député de l’opposition Mamadou Diop Decroix qui trouve que c’est manquer de vision que de se satisfaire de tels résultats. ‘’Vous avez un problème de vision. (…). 45.5 % de réussite au bac, ce n’est pas bon…On doit pouvoir avoir 80 à 90%’’, a martelé le parlementaire. Qui émet aussi des doutes sur les 52 milliards annoncés par Cheikh Oumar Anne, pour la modernisation des équipements scientifiques universitaires. ‘’J’aimerai aller visiter dans quelques mois, pour voir si ces laboratoires sont bien équipés’’, souligne le leader d’And Jëf/Parti africain pour le travail, l’éthique et la fraternité. Pour sa part, le député libéral Toussaint Manga a plaidé pour l’équité territoriale dans l’enseignement supérieur, avec des universités dans des régions comme Tambacounda, mais aussi le relèvement du plateau des infrastructures et des équipements dans des université de l’intérieur du pays, notamment à Ziguinchor. Il a aussi porté le combat des étudiants en Master II, avec de modiques bourses qui les plongent dans la précarité. 

L’info