JOURNEE DE L’ELEVAGE : Les travailleurs du secteur exposent leurs misères

Après avoir remis leur cahier de doléances à leur ministre de tutelle, les travailleurs de l’Elevage n’ont pas jusqu’à présent eu de réponse à leurs problèmes. A l’occasion de la 7éme édition de la journée nationale de l’Elevage prévue ce samedi à Dahra Djolof dans la région de Louga, ils demandent à nouveau, à Aly Saleh Diop, une prime et une indemnité.  

‘’Il y a aucun changement au niveau de l’élevage. Les revendications restent intactes’’, déplore El Hadji Malick Ndiaye. Le président de l’Association nationale des techniciens de l’élevage et des ingénieurs en travaux d’élevage (ANTES) a profité de la célébration de la 7ème édition de la journée nationale de l’Elevage, prévue ce samedi à Dahra Djolof dans le département de Linguère, région de Louga, pour remettre leurs doléances sur la table de la tutelle. Dans l’urgence, il réclame l’intégration d’une prime et d’une indemnité dans leurs émoluments. ‘’Nous allons négocier avec le ministre, les autres revendications qui sont en attente jusqu’à obtenir satisfaction sur ces questions’’, a-t-il déclaré au cours d’un point de presse tenu hier. El Hadji Malick Ndiaye et ses camarades qui veulent profiter de la vitrine qu’offre la célébration de la journée nationale de l’élevage pour mettre à nu les difficultés auxquelles ils sont confrontés au quotidien, s’engagent à mener le combat jusqu’au bout. D’ores et déjà, ils exigent la démission pur et simple du Syndicat des personnels de l’élevage qui, à les en croire, ne prennent aucunement en charge les revendications des travailleurs. Ces derniers, selon eux, n’ont que leurs salaires bruts à la fin du mois et pas plus. ‘’Il n’y a pas d’indemnité de risque, pas d’itinérance ni de suggestions ou motivation. Nous peinons même à percevoir heures supplémentaires qui étaient un acquis. Il faudrait faire patte blanche pour les recevoir’’, ruminent-ils. Et pourtant, relèvent-ils, le budget du ministère pourrait bien prendre en charge l’amélioration de leur traitement salarial

Parallèlement à l’intégration d’une prime et d’une indemnité dans leur salaire, les travailleurs de l’élevage demandent aussi une dotation en carburants, la réparation des voitures et motos en panne et une augmentation de leurs salaires. 

L’info