Toutinfo Bréves

NGONE NDOYE : ‘’Les populations doivent comprendre les enjeux d’élire une femme’’

Pour élever le niveau de représentativité des femmes dans les collectivités territoriales, l’association J-Gen (Woman Global Entrepreneurship) forme 20 candidates sur les 100 engagées pour les élections locales 2022. L’ancien ministre et ancien maire Ngoné Ndoye a invité les populations à faire confiance aux femmes candidates, soulignant que la pratique a montré qu’elles sont de bonnes gestionnaires. 

A cause de la faible représentativité des 15 femmes maires sur 579 collectivités territoriales, l’association J-Gen (Woman Global Entrepreneurship) a initié hier, une session de formation en gestion inclusive, au profit de 20 candidates sur les 100 déclarées aux prochaines élections locales. Selon la présidente de ladite association, Maimouna Astou Yade, l’idée de cette formation est de partager l’expérience sur la gestion locale, de recevoir des connaissances sur cette problématique et de comprendre qu’elles peuvent avoir la possibilité de travailler ensemble. Axée sur des intérêts nationaux et les questions de femmes, cette formation politique sera décentralisée vers les régions de Fatick, Kaolack et Kaffrine. ‘’Nous ne pouvons pas former toutes les femmes. Mais nous visons le maximum et savons qu’elles ont bénéficié aussi de beaucoup de formations’’, soutient la présidente de J-Gen. 

Venue assister à l’atelier de formation, Ngoné Ndoye, ancienne maire soutient qu’il faut que les femmes prennent le pouvoir. ‘’Nous sommes sur la dernière ligne droite des élections locales. Elles doivent être décisives pour la prise en charge des questions importantes. (…). Il ne s’agit pas seulement d’avoir des femmes au sein du conseil municipal, mais en tant que présidente de l’Exécutif local’’, souligne Mme Ndoye. Avoir un bon nombre de femmes maires et présidentes de départements est d’autant plus important pour elle, qu’elle trouve que c’est aujourd’hui une honte de dire que sur plus de 557 collectivités locales au Sénégal, il y a seulement 15 femmes maires. ‘’Les populations doivent comprendre les enjeux qu’il y a d’élire une femme.  A chaque fois qu’il y a un problème dans les foyers, dans les quartiers et même souvent au sein des entreprises, c’est les femmes qui agissent’’, rappelle l’ancienne ministre sous Wade. De ce fait, elle juge nécessaire qu’elles doivent diriger, surtout que précise-t-elle : ‘’aucune femme maire n’est épinglée pour mauvaise gestion de sa collectivité’’.

L’info