Toutinfo Bréves

PAIX ET TRANSPARENCE LORS DES ELECTIONS : Les femmes leaders montent au front

En perspective des prochains élections locales, le Comité ad hoc des femmes leaders pour la paix, la démocratie, le respect des institutions et de l’Etat de droit a organisé hier un atelier. Amsatou Sow Sidibé et Cie prônent la non- violence, la transparence et surtout l’implication des femmes lors de ces joutes électorales. 

Une implication et une participation massive des femmes aux élections locales, ainsi que des élections apaisées et transparentes. C’est le plaidoyer des femmes leaders qui ont tenu hier un atelier sur la question. ‘’On ne veut pas reconnaître les qualités essentielles de leaders des femmes. Le savoir, le savoir-faire, la qualité, la compétence, le savoir-être, les valeurs, elles les ont. Donc ce qui pose problème, c’est le statut de la femme dans la société et c’est là où on doit mettre le doigt, puisque la non-participation à un niveau important des femmes aux élections est un gâchis’’, a déclaré Amsatou Sow Sidibé. Qui engage le comité à œuvrer pour la paix et la transparence lors des élections. ‘’Nous, femmes candidates aux élections territoriales du 23 janvier 2022, manifestons notre volonté commune d’œuvrer pour des élections transparentes et paisibles. Nous nous engageons à être les ambassadrices de la paix et de la sérénité au sein de nos formations politiques pour une campagne électorale apaisée, sans violence et des élections calmes et participatives sur l’étendue du territoire’’, soutiennent ces femmes leaders.  Et d’ajouter que les femmes en tant que mère et ayant une position centrale dans la famille et la société, ont un rôle fondamental à jouer pour assoir la paix. 

En marge de cet atelier, le Professeur Amsatou Sow Sidibé a dénoncé le non-respect envers les femmes et leur utilisation comme objet sexuel, déplorant ainsi ce qui s’est passé avec l’affaire du présumé viol suivi de grossesse de Miss Sénégal 2020.  ‘’Je souffre parce que nos filles sont utilisées comme des objets sans valeur. Elles souffrent tout le temps de violence, de viol, de manque de considération et il faut que ça cesse. Je demande que l’Etat fasse preuve de volonté politique pour que ça cesse. On ne peut pas construire une société de qualité si les filles sont traitées de la sorte’’, s’indigne-t-elle.

L’info