Toutinfo Bréves

KARIM WADE, AÏDA NDIONGUE, KHALIFA SALL, AFFAIRE DU PÉTROLE, SONKO-ADJI SARR…Ces gros dossiers de Serigne Bassirou Guéye qui quitte le parquet

  • mbay thiamdoum
  • novembre 23, 2021
  • Commentaires fermés sur KARIM WADE, AÏDA NDIONGUE, KHALIFA SALL, AFFAIRE DU PÉTROLE, SONKO-ADJI SARR…Ces gros dossiers de Serigne Bassirou Guéye qui quitte le parquet

La rumeur qui enflait depuis la veille s’est avérée hier, à l’issue du Conseil supérieur de la magistrature qui a débarqué Serigne Bassirou Guéye de son poste de procureur de la République. Remplacé par Amady Diouf, le désormais ex-Procureur de la République laisse des traces indélébiles sur les grands dossiers comme les affaires Karim Wade, Aïda Ndiongue, Khalifa Sall et les 10 milliards du pétrole, entre autres.

Réuni hier, le Conseil supérieur de la magistrature a secoué le cocotier du parquet, faisant tomber Serigne Bassirou Guéye. Le très controversé procureur qui avait remplacé Ousmane Diagne le 22 avril 2013, a été remplacé par Amady Diouf et envoyé en détachement au palais présidentiel. En place depuis huit ans, il a été au cœur des gros dossiers politico-judiciaires. La plus récente affaire est celle Sonko-Adji Sarr, où le procureur, aux commandes des forces de sécurité, avait fait passer une folle journée à Ousmane Sonko, suite à sa convocation par le doyen des juges. Une convocation qui finira en arrestation, dont les conséquences ont été terribles, avec des manifestations et des émeutes. 

Bourreau de Karim Wade et d’Aïda Ndiongue dans le cadre de la traque des biens mal acquis

Dans le cadre de la traque des biens mal acquis, Karim Wade a été acculé par le procureur et poussé jusque dans ses derniers retranchements, frisant même l’acharnement pour ses détracteurs qui le disaient être en mission commandée. Toujours dans le cadre de cette traque, le procureur avait marqué les esprits en 2014, avec l’affaire Aïda Ndiongue, moins d’un an après sa nomination. Lors d’une conférence de presse, il s’est donné en spectacle, exhibant pièce par pièce, les biens saisis de l’ancienne libérale, poursuivie pour biens mal acquis. ‘’En résumé, l’estimation provisoire des biens se chiffre à 47 milliards 675 millions destinés à la lutte contre les inondations’’, avait-il souligné après avoir listé les bijoux et sommes d’argent retrouvées dans les banques et dans des enveloppes. 

Un procureur au four et au moulin dans l’affaire Khalifa Sall

Idem avec l’affaire de la caisse d’avance de la mairie de Dakar impliquant Khalifa Sall qui a été chargé lors d’une mémorable conférence de presse. Ensuite, il surveillera son procès comme du lait sur le feu, se montrant très dur avec le mis en cause et ses conseils, les mots voilant souvent très bas. ‘’Monsieur le procureur, quel est votre problème ?’’, lui avait balancé Khalifa Sall, dépité par son attitude. ‘’Moi, je n’ai aucun problème. Celui qui a des problèmes, c’est celui qui a détourné de l’argent destiné à la population’’, avait rétorqué le désormais ex-procureur qui, en véritable bourreau de l’ancien maire de Dakar, avait requis 7 ans de prison ferme contre lui. 

Serigne Bassirou Guéye, c’est aussi le supposé scandale des 10 milliards, avec un reportage de la BBC citant Alioune Sall. Le procureur qui s’était emparé du dossier avait tenu une conférence de presse à travers laquelle, il ne s’était pas privé de brocarder les opposants Abdoul Mbaye, Thierno Alassane Sall, Ousmane Sonko, Mamadou Lamine Diallo. Belliqueux à souhait, Serigne Bassirou Diagne n’avait pas hésité à les qualifier, avec un brin de raillerie, de ‘’grands spécialistes des affaires pétro-gazières, avec des cabinets dans les rédactions’’. Ces dernières années, l’ex-procureur s’était illustré dans sa croisade contre les activistes et certains opposants, avec des arrestations récurrentes. C’est dire que Serigne Bassirou Guéye avait fini de cristalliser les griefs et mécontentements contre le régime et la justice. Et après 8 ans d’un règne controversé au parquet, il avait fini de faire son temps. Il fallait trouver un nouveau visage au parquet. Et Amady Diouf a fait l’affaire. Mais doit-on s’attendre à une rupture ? Peut-il faire autrement ? Pas aussi évident ! En effet, le procureur est un magistrat debout, donc dépendant du ministère de la justice. En clair, il est le bras armé de la tutelle et donc de l’Exécutif. D’ailleurs, pour Serigne Bassirou Guéye, c’est le ministre de la Justice de l’époque, Aminata Touré, qui l’avait nommé conseiller technique n°1, alors qu’il était substitut du procureur de la République, avant de le bombarder procureur de la République. Auparavant, Serigne Bassirou Guéye, sorti de l’Enam en 1997, avait servi comme procureur à Tambacounda. 

L’info