Toutinfo Bréves

ARRESTATION MUSCULEE : La police joue les prolongations avec Barth

Alors qu’il voulait initier hier, une caravane pour distribuer des flyers, le maire de Mermoz-Sacré-Cœur, par ailleurs candidat de la coalition Yewwi askan wi à la ville de Dakar a été arrêté puis conduit manu militari au commissariat de Dieuppeul avant d’être libéré. Barthélémy Dias et les forces de défense et de sécurité jouent ainsi les prolongations des dernières altercations de la journée du 9 novembre dernier.

Barthélémy Dias n’a pas encore dit son dernier mot. Les forces de défense et de sécurité aussi. Les deux camps ont joué hier, les prolongations des heurts du 9 novembre dernier. Le maire de Mermoz-Sacré-Cœur qui voulait initier une caravane de distribution de flyers sur son meeting d’investiture, a été stoppé nettement sur l’avenue Bourguiba par des éléments du commissariat urbain de Dieuppeul. Ces derniers lui ont interdit d’outrepasser les limites de la zone pour tenir une quelconque caravane sans autorisation au préalable. Ce que le candidat déclaré de la coalition Yewwi askan n’a pas voulu entendre, notifiant aux limiers que les tenants du pouvoir organisent à chaque fois des caravanes et autres rassemblements avec en plus de la sonorisation, sans jamais être inquiétés. Malgré sa forte résistance, le fils de Jean Paul Dias qui a été malmené et pris à partie par les forces de l’ordre, a manu militari arrêté et jeté dans le fourgon de la police. Il a été par la suite conduit au commissariat de Dieuppeul. Mais après quelques heures passées dans ses locaux, les limiers ont voulu le transférer dans un autre endroit. Mais ils se sont heurtés au refus catégorique des militants de Barthélémy Dias massés devant les locaux du commissariat pendant des heures, scandant en chœur, ‘’Libérez Barth, Libérez Barth…’’.

‘’Le commissaire de Dieuppeul n’est pas une autorité, mais un autorisé’’

Face à cette résistance, les éléments du commissariat de Dieuppeul ont dû user de grenades lacrymogènes pour disperser la foule immense venue témoigner son soutien à Barthélemy Dias. Ils ont finalement réussi à extraire le maire de Mermoz Sacré-Cœur du commissariat de Dieuppeul, mais sous haute escorte policière, avec à la clé des arrestations du coté des partisans de Barthélémy Dias qui ont aussitôt sonné la rébellion. Mais le lieutenant de Khalifa Sall qui a opposé une résistance farouche aux forces de l’ordre, ne sera pas longtemps retenu par les policiers. Puisqu’il a été libéré quelques heures plus tard.

A peine libre, le candidat de Yewwi askan wi à la ville de Dakar a tenu un point de presse, pour charger le commissaire de Dieuppeul qu’il accuse même d’avoir subtilisé son téléphone au cours de son arrestation par ses éléments. ‘’Je n’ai jamais vu un commissaire voleur de téléphone’’, a-t-il d’emblée lancé. ‘’Il y a des personnes qui ne méritent pas le titre d’autorité. Le commissaire de Dieuppeul n’est pas une autorité, mais un autorisé’’, fulmine-t-il. Promettant ainsi de porter plainte contre lui, non seulement contre le vol de son téléphone portable mais aussi et surtout, contre la violence exercée sur lui et ses militants qui n’ont commis aucune infraction ou entrave à la libre circulation des biens et des personnes à travers leur activité.

‘’Je sortirai et je vous assure que vous ne m’arrêterez pas’’

Barthélémy Dias n’est pas par ailleurs convaincu des motifs évoqués par le commissaire de Dieuppeul pour interdire sa caravane. ‘’Nous ne voulions que distribuer des prospectus pour inviter les Dakarois à notre meeting et on m’a arrêté parce que j’étais en cortège. Il faudra dans ce cas m’arrêter tous les jours, puisque tous les jours je me déplace avec un véhicule devant et un autre derrière pour ma sécurité’’, déclare-t-il devant ses militants et sympathisants. Très en colère contre les autorités, Barthélémy Dias déplore un deux poids deux mesures des autorités. ‘’Abdoulaye Diouf Sarr a fait une caravane sonorisée alors qu’il n’en avait pas le droit’’, déplore-t-il. Non sans défier les autorités en ces termes :  ‘’je sortirai et je vous assure que vous ne m’arrêterez pas’’.

Cheikh Guéye : ‘’On a arrêté Barthélémy comme s’il était un délinquant ou un meurtrier’’

L’arrestation musclée du maire de Mermoz-Sacré-Cœur a en effet provoqué l’ire de ses camarades de Taxawu Dakar, mais aussi de Yewwi askan wi. Premier d’entre eux à monter au front, le maire de Dieuppeul Derklé. Cheikh Guéye a formellement déploré la manière dont son camarade a été arrêté par les éléments du commissariat de la commune qu’il dirige. ‘’On a arrêté Barthélémy comme s’il était un délinquant ou un meurtrier’’, fustige-t-il. Soulignant que son camarade qui ne faisait que des visites de proximité n’a commis aucun délit, Cheikh Guéye, estime que cet acharnement sur le candidat de Yewwi askan wi à la ville de Dakar, relève tout simplement d’un un recul de la démocratie sénégalaise. ‘’D’autres hommes politiques sont en train de faire des proximités sans qu’ils soient inquiétés’’, note-t-il. Non avertir les autorités de leur volonté manifeste de poursuivre leur programme de visite de proximité qui s’établit sur trois jours. ‘’La visite de proximité est prévue pour trois jours et demain, nous serons encore dans les rues de Dakar’’, lance-t-il.

Thierno Bocoum : ‘’L’arrestation de Barthélémy Dias n’est ni plus ni moins que du ‘’diaye doolé’’

Pour sa part, le leader de Agir Thierno Bocoum qui n’est pas membre de Yewwi askan wi, déplore tout de même, une justice à deux vitesses dans cette affaire. ‘’L’arrestation de Barthélémy Dias n’est ni plus ni moins que du ‘’diaye doolé’’. Une politique de deux poids deux mesures ne passera pas dans ce pays. Libérez Barth et libérez ce pays de votre dictature ridicule et dangereuse !’’, écrit-t-il dans un message adressé à la presse et largement repris dans les réseaux sociaux.

L’info