Toutinfo Bréves

DIFFICULTES FINANCIERES, MAUVAISE GESTION…Le Groupe La Poste à l’agonie

Le Syndicat national des travailleurs de La Poste  et des télécommunications (SNTPT) a  étalé hier, face à la presse, les difficultés financières de la boite, dirigée par Abdoulaye Bibi Baldé.  

« La société nationale La Poste est aujourd’hui, plus que jamais, confrontée à des difficultés financières et de gestion qui la précipitent, si rien n’est fait, dans une mort certaine ». Telle est le cri du cœur des travailleurs du Groupe La Poste regroupés dans le Syndicat national des travailleurs de La Poste  et des télécommunications (SNTPT). 

«Cette situation, longtemps décriée par les travailleurs, a atteint aujourd’hui un niveau insoutenable qui la plonge dans une agonie douloureuse et lente », poursuit le SNTPT dans son diagnostic sans complaisance de l’entreprise, dirigée par Abdoulaye Bibi Baldé. 

En effet,  selon les syndicalistes de La Poste, leur entreprise est en faillite. « L’activité est complétement à l’arrêt avec des bureaux sevrés de clients, une trésorerie systématiquement erratique, des produits et services délaissés, des Agents désemparés, gagnés par l’angoisse des lendemains incertain », constatent pour le déplorer les syndicalistes lors d’un point de tenu hier. 

POSTE EN FAILLITE ? 

Ajoutant : «  Le paiement des salaires connait des retards inhabituels et la perception est un véritable calvaire, faute de liquidité dans les bureaux et agences. La Poste se meurt d’une mort vulgaire et choquante, assassinée qu’elle est par un État meurtrier et funeste sous les mains ensanglantées de directeurs généraux tortionnaires ». 

LES DG CUPIDES AU BANC DES ACCUSES

Le SNTPT pointe un doigt accusateur sur les différents directeurs généraux qui se sont succédés à la tête du Groupe La Poste. « Pourtant, à la lumière de la convention de dettes croisées, il ressort un solde débiteur de 174 milliards occasionné par un stock de compense de plus de 200 milliards qui n’ont absolument pas servi à La Poste et aux postiers. Cette importante manne financière qui a transité à La Poste n’a servi qu’à enrichir des Directeurs généraux cupides, charognards, parrainés par des autorités étatiques complices, si elles ne sont les véritables commanditaires », martèlent les syndicalistes du SNTPT. « C’est à se demander si La Poste n’est pas seulement un canal de transition savamment utilisé par les autorités de l’État pour mieux détourner des deniers publics par le mécanisme de la compense. C’est la seule explication par rapport à un État qui a laissé cours pendant des années à ces pratiques de dilapidation des ressources publiques à des fins purement politiques et personnelles », regrette le SNTPT, déplorant que  pendant tout ce temps, l’État n’a daigné envoyer les corps de contrôle, ni sanctionner les acteurs coupables. « Les travailleurs que nous sommes n’accepteront jamais d’être les victimes expiatoires d’un État irresponsable qui sacrifie l’avenir de plus de 4500 mères et pères de familles à l’autel de caprices pernicieux d’une poignée de personnes », avertit le SNTPT, non sans faire remarquer que cette stratégie du pourrissement savamment orchestrée, avec la complicité du Directeur général, traduit la volonté de l’État de liquider ce patrimoine national. « Sinon comment comprendre l’inertie de l’État, l’accumulation des dettes sur les Bourses de sécurité Familiale et la rémunération du service public, la diabolisation des opérations postales qui cachent mal des velléités de rupture unilatérale des contrats sur les paiements IPRES et les Bourses familiales », croit savoir le SNTPT. 

L’info