Toutinfo Bréves

CONVOCATION DE BARTH ET REJET DES LISTES DE L’OPPOSITION : Le collectif des avocats de BBY lave l’Etat à grand eau

  • mbay thiamdoum
  • novembre 9, 2021
  • Commentaires fermés sur CONVOCATION DE BARTH ET REJET DES LISTES DE L’OPPOSITION : Le collectif des avocats de BBY lave l’Etat à grand eau

Le collectif des avocats de la coalition Benno bokk yaakaar (BBY) nie toute implication du Parti-Etat sur l’affaire Barthelemy Dias-Ndiaga Diouf renvoyée au 10 novembre 2021 et l’invalidation des listes des coalitions Yewwi askan wi et Gëm sa bopp dans certaines localités du pays. 

Le collectif des avocats de la coalition Benno bokk yaakaar (BBY) s’invite dans le dossier Ndiaga Diouf du nom de ce nervi tué dans la fusillade de Mermoz-Sacré-Cœur et dans laquelle Barthélémy Dias qui est impliqué est convoqué demain pour son procès en appel. Mais aussi sur la cascade d’invalidation des listes de l’opposition. Ces deux questions qui tiennent en haleine l’opinion nationale depuis un bon moment, ils lavent le Parti-Etat à grand eau. Face à la presse hier à Dakar, Me Ousmane Sèye, coordonnateur dudit collectif et ses camarades dénoncent une campagne de désinformation et d’intoxication fondée sur la mauvaise foi contre l’Etat du Sénégal. Sur la question spécifique de l’affaire Ndiaga Diouf, ils notent que la convocation de Barthélémy Dias n’est que la suite logique de la procédure du jugement, après son appel introduit au niveau de la cour d’appel. Mieux, ils soutiennent que cette affaire, comme le veuillent faire croire l’opposition, n’a rien à voir avec l’investiture de Barthélémy Dias comme le candidat de la coalition Yewwi askan wi à Dakar. ‘’C’est totalement faux de cette affaire à l’investiture de Barthélémy Dias. La chronologie des faits de la procédure démontre que ceux qui véhiculent cette thèse sont manifestement de mauvaise foi et de gros manipulateurs. Le prévenu a fait appel sur les intérêts civils et le procureur de la République a fait appel principal, et cette affaire est pendante au rôle de la 3e chambre correctionnelle de la cour d’appel de Dakar depuis au moins 2 ans’’, déclare Me Ousmane Sèye. Il relève que l’affaire a été renvoyée pour plusieurs motifs dont le retour de la citation des parties au moins jusqu’à la date du 06 mai 2021. ‘’Pendant toute cette période, la date des élections territoriales n’était ni fixée ni connue’’, note l’avocat inscrit au barreau de Dakar selon qui, cette date a été fixée par décret du 10 mai 2021 au 23 janvier 2022. Pendant ce temps, il relève que Barthelemy Dias n’était pas candidat à la mairie de de la ville de Dakar. ‘’Comment sur la base de ces faits qui démontrent objectivement qu’il n’y a aucun lien entre la comparution du prévenu devant la cour et les élections territoriales, certains leaders politiques peuvent-ils appeler à l’insurrection populaire et à la violence ?’’, fustige l’ex-allié d’Abdoulaye Wade. 

‘’Des responsables politiques qui ne savent pas remplir des listes de candidatures, ne peuvent pas prétendre à diriger une municipalité’’

Condamnant fermement ce qu’il considère comme un appel à la violence, il demande solennellement aux avocats de ces leaders de raisonner leurs responsables politiques pour qu’ils retrouvent la lucidité afin que les élections se déroulent dans la paix et la transparence dans l’intérêt exclusif des Sénégalais et du Sénégal. En outre, il appelle l’Etat du Sénégal à prendre toutes les dispositions pour assurer la sécurité des personnes et de leurs biens.

Réagissant au rejet des listes des coalitions de l’opposition, Me Sèye et ses camarades soutiennent qu’il y’a beaucoup de listes de candidatures qui ont été déclarées irrecevables ; d’autres feront l’objet de dépôt de pièces complémentaires. Sur ce, ils informent que le ministre chargé des élections va arbitrer sur les ressemblances de sigle, de couleur ou de symbole. Par voie de conséquence, l’avocat explique que les mandataires n’avaient qu’à remplir des fiches mises gratuitement à leur disposition par la direction générale des élections. ‘’Des responsables politiques qui ne savent pas remplir des listes de candidatures et les déposer régulièrement ne peuvent pas prétendre à diriger une municipalité ou une ville encore moins un pays’’, persifle-t-il. 

L’info