Toutinfo Bréves

REJET DE LA LISTE DE ADAMA FAYE : La Cena freine le zèle des préfets et sous-préfets

Adama Faye peut attendre tranquillement d’être rétabli dans ses droits, après que les listes de sa coalition pour les élections locales ont été systématiquement rejetées par des préfets et sous-préfets, sous prétexte qu’elles ont des couleurs et symboles semblables à ceux de Benno bokk yaakaar. Les autorités administratives qui ont systématiquement rejeté les listes de sa coalition «Défar sa gokh» ont été rappelées à l’ordre par la Commission électorale nationale autonome.

Aucune disposition légale ne permet aux autorités administratives concernées, de rejeter les listes de la coalition ‘’Défar sa gokh’’ sous les motifs avancés. Et cela, la Commission électorale nationale autonome, le leur a bien signifié. A travers un communiqué publié samedi, l’équipe de Doudou Ndir a fait comprendre aux préfets et sous-préfets concernés, que le Code électoral en ces articles L.250 et L.285, a bien spécifié les motifs et circonstances de rejets. Et parmi ces motifs, il n’y en a pas un seul relatif aux couleurs et symboles. Par contre, en cas de ressemblance réelle ou supposée de couleurs ou symboles, la partie qui se sent lésée peut contester. Et c’est l’article L.287 du Code électoral qui traite de ces contestations. Selon cette disposition, ‘’en cas de contestation, le préfet ou le sous-préfet saisit le ministre chargé des élections qui attribue, par priorité à chaque parti politique, sa couleur statutaire, son sigle et son symbole traditionnel par ordre d’ancienneté. Pour les coalitions de partis politiques et pour les entités indépendantes, l’attribution se fait selon la date de notification du nom choisi. Le ministre chargé des élections en informe aussitôt le préfet ou le sous-préfet qui, à son tour, en informe les parties intéressées’’. Ainsi, pour la Cena, la question des listes de la coalition «Défar sa gokh», traitée sous cet angle, ‘’aucun préfet ou sous-préfet, sans au préalable avoir satisfait aux prescriptions contenues dans l’article du Code électoral susvisé, ne peut prendre la décision de notifier à un parti, une coalition ou entité indépendante, le rejet d’une liste sur la base des couleurs, sigles ou symboles’’. En clair, en cas de ressemblance de couleurs et de symboles, les préfets et sous-préfets ne tranchent et encore moins, ne rejettent pas des listes. Ils se réfèrent au ministère de l’Intérieur qui tranche, non pas en rejetant une liste, mais en donnant la priorité au parti et à la coalition qui a l’ancienneté dans l’utilisation desdits couleurs et symboles. L’autre partie devant changer ses couleurs. A noter que Adama Faye, frère de la Première dame, après une sortie au vitriol contre le Président Macky Sall, a boudé la coalition de la mouvance présidentielle pour former sa propre coalition «Défar sa gokh»,  pour les élections locales du 23 janvier prochain. Mais ses listes ont été rejetées un peu partout dans le pays, au motif qu’elles ont des couleurs et symboles similaires à ceux de la coalition BBY. 

L’info