Toutinfo Bréves

TRAFIC AERIEN AU SENEGAL : Hausse de 24,5% des passagers en juillet

Le trafic aérien au Sénégal, pour le compte du mois de juillet 2021, est marqué par une hausse concomitante du nombre de passagers (+24,5%) et des mouvements d’aéronefs (+17,4%) en variation mensuelle. Cependant, le fret a chuté de 5,5 points sur la même période.

Les impacts de l’assouplissement des mesures restrictives au niveau du transport aérien se font sentir de plus en plus au Sénégal. Selon l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (ANSD), le nombre de passagers en partance ou à destination du Sénégal a augmenté de 24,5% au mois de juillet 2021 pour se situer à 200 735 contre 161 262 au mois de juin. Par rapport à la même période de l’année 2020 où le nombre de passagers était de 46 623, il est noté une importante hausse de 330,5%. 

Dans la même veine, les mouvements d’aéronefs ont enregistré une progression de 17,4% en variation mensuelle. Ils sont passés de 2 015 au mois de juin à 2 366 au mois de juillet. Par rapport à la période correspondante de l’année écoulée où le nombre de mouvements d’aéronefs était de 1 000, l’ANSD note une hausse de 136,6%. Pour le fret, il a été enregistré 3 138 tonnes au mois de juillet 2021 contre 3 321 le mois précédent, soit une baisse de 5,5% en variation mensuelle. Comparé à la quantité enregistrée à la même période de l’année précédente (2 379 tonnes), l’ANSD relève une augmentation de 31,9%. 

L’aviation civile sénégalaise reconnue

Par ailleurs, le leadership et l’engagement du Sénégal dans le domaine de l’aviation civile viennent à nouveau d’être reconnus à travers la nomination de Sidy Guéye, directeur général de l’Anacim comme président du groupe de pilotage SAT mis en place sous les auspices des bureaux régionaux de l’OACI. Le directeur général de l’Agence nationale de l’aviation civile et de la météorologie entend mettre son expérience au service de la communauté aéronautique concernée. Ayant successivement travaillé pour le fournisseur de services de la navigation aérienne (ASECNA), l’Association internationale du transport aérien (IATA) et présentement pour l’Anacim, Sidy Guéye présente un profil le mettant en position de concilier les exigences des États, des fournisseurs de services et des compagnies aériennes.  

Le Groupe SAT a pour mission de développer des stratégies d’amélioration des performances de la navigation aérienne dans l’Atlantique Sud en particulier au niveau du corridor Eur-Sam (Europe-Amérique du Sud) qui est emprunté par les vols reliant l’Europe à l’Amérique du Sud. Depuis sa création, ce cadre de réflexion et de coordination est à la base de nombreuses avancées en matière de fourniture de services de navigation aérienne. Le groupe permet plus précisément, un déploiement coordonné de moyens de communication et de surveillance, l’optimisation des structures des routes aériennes, améliorant ainsi la sécurité, l’efficacité et la capacité du système de gestion du trafic aérien au-dessus de l’Atlantique Sud. 

Le Groupe SAT (South Atlantic/Partie Sud de l’Atlantique) a été mis en place à Lomé au Togo en 1988 par le Bureau Ouest africain de l’Organisation internationale de l’aviation civile (OACI). L’objectif visé est l’amélioration continue des services de la navigation aérienne au-dessus de l’Atlantique Sud (SAT) en tenant compte de l’évolution du trafic et de la technologie. Le groupe est composé des pays suivants : Portugal, Espagne, Maroc, Cap-Vert, Trinidad et Tobago, France, Sénégal, Côte d’Ivoire, Ghana, Angola, Namibie, Afrique du Sud, Brésil, Uruguay et Argentine.

L’info