Toutinfo Bréves

LISTES PARALLELES DANS BENNO : Macky parrain des rebelles ?

S’il est vrai que certaines listes dissidentes au sein de Benno bokk yaakaar ne rencontrent pas l’approbation du chef de la coalition de la mouvance présidentielle, il est clair que Macky Sall bénit des listes parallèles dans des zones comme Dakar avec Mame Mbaye Niang, Kolda avec Mame Boye Diao et Louga avec Mamadou Mamour Diallo.

L’accouchement a été plus que difficile. Il a fallu de peu pour que le bébé naisse sur intervention chirurgicale. Mais Macky Sall a tout de même bien manœuvré pour qu’in fine, l’enfantement se passe le plus normal possible. Mais dans la douleur. Et les séquelles et autres stigmates des investitures au sein de Benno bokk yaakaar, sont aujourd’hui plus que visibles dans beaucoup de localités du pays où la coalition de la mouvance présidentielle est presque en lambeau. Si dans certaines localités du pays comme à Saint-Louis où Mary Teuw Niane concurrence Mansour Faye contre la volonté du chef, dans d’autres communes, c’est provoqué et voulu. 

Dissidences à Diass et à Sindia pour concurrencer les Socialistes

Le Président Macky Sall, chef de la coalition de la mouvance présidentielle a beaucoup usé de son génie politique pour limiter les dégâts nés des investitures en perspective des élections municipales et départementales du 23 janvier 2022. Mais aussi doubler ses alliés de la mouvance présidentielle dans des communes jusqu’ici sous leur joug. S’il a complètement réussi à écarter le maire socialiste dans la commune de Mbour, Fallou Sylla sans tambour ni trompette, à Diass, on aurait du mal à comprendre qu’il n’a pas béni la liste dissidente du Directeur général du Cosec pour déboulonner le maire socialiste sortant et rallier ladite commune dans son escarcelle. C’est sans doute avec le feu vert diffus de Macky Sall, que Mamadou Ndione qui a la discipline de parti chevillée au corps, a osé passé outre sa décision d’investir le maire socialiste Cheikh Tidiane Diouf du Parti socialiste. Le même subterfuge a été utilisé dans la commune voisine de Sindia où le très controversé maire socialiste Thierno Diagne devra faire avec la candidature de l’actuel Directeur général de Petrosen, Mamadou Faye qui, avec la bénédiction des franges importantes de l’Apr et de BBY, va présenter une liste parallèle. Un duel Apr-Ps qui promet et qui risque de dégrader davantage les relations déjà heurtées entre ‘’apéristes’’ et ‘’socialistes’’.

Duels fratricides entre apéristes

Parallèlement à la stratégie mise en branle pour rogner quelques mairies de ses alliés socialistes et progressistes, Macky Sall engage ses responsables dans un duel fratricide dans les localités où il est sûr de gagner à cent pour cent. A Kolda par exemple, le chef de la coalition de la mouvance présidentielle lâche le duo Mame Boye Diao-Fabouly Gaye aux basques du tandem Abdoulaye Bibi Baldé-Moussa Baldé respectivement investis par Benno bokk yaakaar à la mairie de la ville et au conseil départemental. Les deux responsables de l’Alliance pour la République officiellement investis tiennent les rênes du parti dans la capitale du Fouladou depuis des lustres. Mais ils sont aujourd’hui marqués à la culotte par de jeunes politiques souvent adulés par la jeunesse, qui s’affirment de plus en plus et qui prennent de la place. Mame Boye Diao et Fabouly Gaye ont en effet beaucoup à gagner si jamais ils sortent victorieux de ces joutes électorales. 

A Louga dans la capitale du Ndiambour, il met au défi l’ancien Directeur des Domaines, Mamadou Mamour Diallo qui a toujours disputé le leadership local à Moustapha Diop aujourd’hui en sursis. L’actuel ministre de l’Industrie et de la Petite et moyenne industrie sortirait vaincu de ces joutes électorales, il serait liquidé politiquement et relégué au second plan. Une victoire à ces élections signerait en effet le retour aux affaires de Mamadou Mamour Diallo sorti du circuit avec l’éclatement de l’affaire des 94 milliards dans laquelle le leader de Pastef, Ousmane Sonko l’avait mêlé.

Fatick : l’assaut des bannis contre les bénis

Dans le département de Fatick, le même scénario se dégage en effet. La liste parallèle qu’envisagent de présenter l’ancien Directeur des Sénégalais de l’extérieur, Sorry Kaba, Mamadou Camara de l’Ancar et Sémou Diouf de l’Aprosi n’est pas en effet innocente. En quête de légitimité politique, le trio qui se lance aux trousses de Matar Ba et de Cheikh Kanté, respectivement investis à la mairie et au Conseil départemental, s’engage en effet dans une bataille de légitimité politique pour le contrôle du leadership local. Mais cette défiance n’est pas sans risque pour leur carrière politique. Puisque le couperet risque de tomber sur leurs têtes en cas d’échec. Le Président Macky Sall qui a eu la main lourde au lendemain des élections locales de 2014 avec les sanctions infligées à Aminata Touré, ne va sûrement les ménager devant un tel scénario.

Dakar : la stratégie de la terre brulée

Autant le Président Macky Sall peut être soupçonné d’avoir une main derrière les listes parallèles à Fatick et à Kolda, autant il est susceptible d’être derrière la candidature de Mame Mbaye Niang à la ville de Dakar qui cristallise les enjeux de ces joutes électorales de janvier 2022. Au cœur des convoitises des différents états-majors déjà en ordre de bataille, Dakar sera âprement disputé entre la mouvance présidentielle et l’opposition qui risque de se retrouver avec une kyrielle de candidatures. Déjà dans les startingblocks, Barthélémy Dias (Yewwi askan wi), Abdoulaye Diouf Sarr (BBY), Doudou Wade (Wallu Sénégal), Bougane Guéye Dany (Gëm sa bopp) et accessoirement Soham Wardini (Taxawu Dakar) ne se feront aucun cadeau. Et dans cette course pour la conquête de la capitale, l’actuel chef de cabinet du chef de l’Etat qui n’a aucune chance de passer, viendra sûrement jouer les troubles fêtes et brouiller les cartes. Une stratégie qui devrait être murement réfléchie dans l’establishment du parti au pouvoir  si on connaît la proximité entre Macky Sall et son chef de cabinet qui lui obéit au doigt et à l’œil. Ce qui est évident, la  candidature de Mame Mbaye Niang, ne serait pas contre la volonté de Macky Sall qui est près du but après presque dix ans de manœuvres politiques et politiciennes, pour déraciner le baobab Khalifa Ababacar Sall et rallier la capitale sénégalaise dans son escarcelle. Si on sait toute l’armada déployée par le chef de l’Etat pour arriver à ses fins, l’on comprendrait aisément que Macky Sall ne prendrait aucun risque inutile qui compromettrait ses chances de gagner la capitale sénégalaise qui lui a déjà filé entre les doigts en 2014.

L’info