Toutinfo Bréves

DUALITE DIAS-WARDINI : La fuite en avant de Khalifa Ababacar Sall

L’imbroglio noté au sein de la coalition Taxawu Dakar où Barthélémy Dias et Soham El Wardini se sont crêpés le chignon pour porter les couleurs de Yewwi askan wi dans la capitale, est du seul fait de la fuite en avant de Khalifa Ababacar Sall. Le leader de ladite coalition qui n’a pas su prendre ses responsabilités à temps, a laissé la situation s’envenimer jusqu’à la forclusion de son intérimaire qui n’a désormais d’autre choix que de présenter sa propre liste.Taxawu Dakar se fissure, tout comme Yewwi askan wi à moins de trois mois des prochaines élections municipales et départementales du 23 janvier 2022. La première entité nommée a en effet transféré son différend interne au sein de la seconde. Ce qui a occasionné tout un imbroglio lors des dépôts des candidatures à la candidature pour la ville de Dakar. La capitale, jusqu’ici entre les mains de Taxawu Dakar, malgré les assauts répétitifs et autres coups fourrés du régime pour tenter de mettre cette collectivité locale stratégique dans son escarcelle. Si le divorce n’est pas encore consommé entre Khalifa Sall et Soham El Wardini, ce n’est qu’une question de temps. Les lignes de fracture entre Soham El Wardini et son prédécesseur et mentor, se sont nettement dessinées avec le rejet hier, de sa requête en annulation introduite auprès de la commission départementale des investitures de Yewwi askan wi. Celle-ci, dans sa lettre-réponse d’hier, adressée au mandataire de la mairesse sortante, Cheikh Guéye, par ailleurs membre de Taxawu Dakar et maire de Dieuppeul-Derklé, déclare tout que le procès-verbal constatant le dépôt des candidatures avec les noms y figurant reste valable et ne peut en aucun cas être annulé. Une réponse qui sonne le glas de l’idylle noué depuis les locales de 2009, entretenu et maintenu jusqu’ici entre le leader socialiste et son alliée progressiste. Une rupture aussi regrettable pour la coalition de l’opposition qui n’est rien autre que le résultat de la fuite en avant de Khalifa Ababacar Sall. Sachant qu’il n’y a pas de candidatures individuelles et que ce sont les partis et coalitions qui proposent des candidats, il a tout de même laissé prospérer les manœuvres individuelles au sein de Taxawu Dakar, jusqu’à ce que deux candidats dépose personnellement leurs candidatures, alors qu’il aurait pu prendre ses responsabilités et concilier les différentes positions pour un consensus sur la personne la lieux indiquées et outillées pour représenter la coalition. Cette rupture ne peut qu’être favorable au camp de la majorité, d’autant plus qu’elle risque d’aboutir à une floraison de listes au sein de l’opposition déjà éclatée dans trois grandes coalitions qui se regardent en chien de faïence, là où la majorité déroule tranquillement et garde encore son unité dans la capitale. En effet, en dépit des duels fratricides notés ça et là, et des guerres de positionnement entre alliés, Benno bokk yaakaar maintient jusqu’ici sa dynamique unitaire et se renforce au fur et à mesure qu’on amorce le dernier virage des prochaines joutes électorales avec un Macky Sall qui détient toujours entre ses mains, les cartes du jeu. 

L’info