Toutinfo Bréves

ASSEMBLEE NATIONALE : Les 2 chantiers de Moustapha Niasse

Le la de la levée de l’immunité parlementaire des députés Boubacar Biaye et Mamadou Sall a été donné hier par le président de la l’Assemblée nationale. Moustapha Niasse, lors de l’ouverture hier de la session ordinaire unique a soutenu que la demande de levée de l’immunité parlementaire des députés visés, sera traitée conformément à la constitution.

Très attendu hier sur le dossier du trafic présumé de passeports diplomatiques, le président de l’Assemblée nationale n’a pas occulté la question lors de son discours d’ouverture de la session unique ordinaire. Moustapha Niasse a assuré de la volonté de l’hémicycle de traiter l’affaire comme cela se doit. ‘’Je ne saurais conclure sans évoquer le dossier en cours, qui porte sur le trafic présumé de passeports diplomatiques, où des députés sont incriminés. Je puis vous assurer que la demande de levée de l’immunité parlementaire de nos collègues sera traitée conformément à la Constitution du Sénégal et au Règlement intérieur de l’Assemblée nationale, dans le strict respect des procédures’’, a déclaré le leader progressiste dont le bureau a été reconduit presque au complet. Tout en soulignant qu’il veillera personnellement, à chaque étape avec toutes les instances compétentes et les députés concernés, dans la transparence absolue. Pour Moustapha Niasse, ni le président de l’Assemblée nationale, ni les instances de l’institution ne sont des prestidigitateurs qui créent, en un tour de main, des dossiers portant sur la levée de l’immunité parlementaire de députés. Selon lui, la procédure est encadrée par la Loi, du début à la fin, dans un continuum régi par le Droit, conformément à l’article 52 du Règlement intérieur de l’Assemblée nationale. Ainsi, souligne-t-il, ‘’une fois que la Commission des Lois, de la Décentralisation, du Travail et des Droits humains se sera réunie pour la constitution de la Commission ad hoc de 11 membres, au prorata des Groupes parlementaires et des Non-inscrits, une séance plénière devra en ratifier la composition’’. A cet égard, note-t-il, ‘’il appartiendra alors à la Commission ad hoc de présenter un rapport, lors d’une séance plénière qui sera consacrée à ses conclusions’’. ‘’N’interviendront dans le débat, que le Président et le Rapporteur de la Commission, le Gouvernement, le Député concerné ou son défenseur et un orateur contre. Enfin, il sera procédé à un vote à main levée’’, rappelle Moustapha Niasse.

3,9 milliards pour la modernisation de l’Assemblée nationale

Outre ce dossier brulant de l’heure, Moustapha Niasse est largement revenu sur les conditions de travail des députés qu’il juge d’ailleurs, particulièrement contraignantes, surtout dans cette période qui s’ouvre et qui les oblige à redoubler d’efforts, de manière continue, loin de leurs bases et de leurs familles. Pour remédier à cette situation, la deuxième personnalité de l’Etat annonce la concrétisation progressive de sa volonté d’œuvrer à la modernisation de l’Assemblée nationale, pour permettre aux députés et aux personnels administratifs de remplir leurs missions dans de meilleures conditions, avec plus d’efficacité et plus d’efficience. Ainsi, souligne-t-il, après la première mission d’experts de l’Agence coréenne de coopération internationale (KOICA), en décembre 2019, une deuxième mission a été effectuée au mois d’avril 2021, en étroite collaboration avec les services de l’administration de l’Assemblée nationale, sous la coordination de l’honorable Député Abdou Mbow, premier Vice-président assisté de Madame la Secrétaire générale, Joséphine Diallo et de Madame Penda Ndiaye Cissé, Conseillère technique, chargée de la Coopération internationale. 

Selon Moustapha Niasse, le document de projet élaboré à l’issue de la dernière mission d’experts de la KOICA a fait l’objet d’une requête de financement, pour un montant de six (6) millions de dollars, requête présentée par le ministre de l’Economie, de la Coopération et du Plan du Sénégal, au gouvernement de la République de Corée. ‘’Je voudrais à ce stade saluer la diligence avec laquelle le Chef de l’Etat nous a accompagné dans cette phase particulièrement importante. Le financement a été approuvé par les autorités coréennes et le projet sera exécuté par la KOICA, en collaboration avec l’Assemblée nationale du Sénégal, qui a l’opportunité d’exprimer ses besoins. La durée d’exécution du Projet est prévue de 2021 à 2024’’, confie le président de l’Assemblée nationale. Il relève dans la foulée que le Projet comporte des volets importants dont l’installation d’un système de vote électronique, la gestion électronique des données qui seront numérisées et sauvegardées, le renforcement des capacités de députés et des personnels administratifs selon des thèmes identifiés, la poursuite de la modernisation de la direction des archives et de la documentation qui avait démarré avec des partenaires comme l’Union européenne, l’USAID et l’ONG 3D. ‘’Ces innovations permettront une ouverture plus visible de l’Assemblée nationale aux plans national et international, et une plus grande accessibilité des informations contenues dans ses fonds documentaires, qui renferment des richesses insoupçonnées’’, vante-t-il. Non préciser que l’Assemblée nationale prendra en charge la reconfiguration de l’Hémicycle, pour une utilisation optimale de l’espace, en traitant également les aspects liés à la sécurité. 

L’info