Toutinfo Bréves

EMIGRATION CLANDESTINE : Regain de départs dans les côtes sénégalaises

En moins d’une semaine, près de 161 candidats à l’émigration clandestine ont été interceptés par les forces de défense et de sécurité sénégalaises dans différents endroits et dans différentes embarcations. Un regain de départ vers l’Europe dans un contexte de morosité économique due à la pandémie du coronavirus.

L’émigration clandestine reprend de plus belle après une accalmie de quelques mois. Alors que les départs ‘’Barça barsakk’’ s’étaient estompés, ils ont connu un regain depuis quelques jours. En moins d’une semaine, l’ampleur du fléau est devenue même inquiétant. Ce sont en effet pas mal de 161 candidats à l’émigration clandestine qui ont été alpagués par les forces de défense et de sécurité dans différents endroits du pays et dans diverses embarcations. Alors qu’on n’a pas encore fini d’épiloguer sur les 56 migrants interceptés avant-hier par la gendarmerie nationale entre Notto Gouye Diama, Mbour, Kafountine et l’Aéroport international Blaise Diagne, 103 candidats à l’émigration irrégulière ont été alpagués hier. Ces candidats à une mort souvent certaine sont pour l’essentiel, de ressortissants gambiens. Ils ont été interceptés par les pandores dans la nuit du lundi au mardi derniers à Kafountine. Toutes les personnes arrêtées sont de nationalité gambienne, à l’exception d’une personne de nationalité bissau-guinéenne mais résidant en Gambie. A en croire M. Coly, président du quai de pêche de Kaffountine, ces candidats à l’émigration clandestine avaient décidé d’embarquer au Sénégal à partir du village de Sankoye, une localité située aux environs de l’île de Saloulou dans la commune de Kaffountine qui comptabilise une dizaine de sites insulaires. 

Un réseau de « passeurs », démantelé à l’Aibd réclamait 4 millions à chaque candidat

Les départs pour l’émigration clandestine ne se font pas seulement par la mer. L’aéroport international Blaise Diagne de Diass n’est pas aussi épargné par ce phénomène. Dans ces lieux, les gendarmes de la CGTA ont démantelé un réseau de ‘’passeurs’’ qui sévissait au cœur même de l’aéroport. Lors des opérations menées du 27 au 28 septembre 2021 de 9 à 13 heures, deux agents de la société Amarante et un policier ont été interpellés. Il s’agit de Mamadou Sy et Pierre Ngor Sarr alias Aziz Sarr. Mamadou Sy qui est un commerçant qui voulait voyager avec de faux documents sur lesquels les agents d’Amarante en cause fermaient les yeux, a été appréhendé. Après son arrestation, la Ctga a arrêté le chef du réseau, Pierre Ngor Sarr alias Aziz Sarr. Aristide Djiba, agent de sûreté à Amarante, falsificateur du réseau de même que sa collègue Sabine Ndella Faye qui travaillaient dans la même société, ont été interceptés. Parlant toujours de l’aéroport international Blaise Diagne, l’agent de police Mandickou Ndiaye, en service au commissariat spécial de l’Aibd ainsi qu’un nommé Babacar, chargé de confectionner de faux tests Covid pour les voyageurs, ont été épinglés eux aussi. Au moment de son audition, Pierre Ngor Sarr alias Aziz Sarr confirme que pour chaque départ frauduleux, le candidat qui avait des faux documents à confectionner, payait la somme de 4 millions. Le faussaire recevait 1.800.000 Fcfa, Sabine Ndella Faye 800.000 Fcfa, l’agent de police 600.000 Fcfa, Aristide Djiba 300.000 Fcfa et le reste (500 000 Fcfa) lui revenait. Les présumés faussaires ont été tous déférés au parquet de Mbour pour association de malfaiteurs, escroquerie, faux et usage de faux, trafic de migrants. Cependant, il faut noter qu’il y a une Sénégalaise faisant partie du réseau qui aidait les clients à disposer de passeport qui est activement recherchée.

L’info