Toutinfo Bréves

IMPOT ET DOMAINES : Les travailleurs tirent sur la direction et menacent d’aller en grève

Le courant ne passe plus entre les travailleurs de la Direction générale des impôts et domaines et leur direction. Cette dernière est accusée de les snober et de ne rien vouloir entendre de leurs revendications. Irrités et excédés par cette indifférence, les travailleurs menacent de passer à la vitesse supérieure, en paralysant le service. 


Le Syndicat des travailleurs de l’administration fiscale (Staf) déplore la tournure prise par leur lutte pour des conditions meilleures. ‘’Ce qui était une lutte syndicale normale dans une administration, a rapidement tourné en une volonté manifeste d’humilier, d’avilir des mères et pères de familles, le SG en premier’’, a déploré d’emblée Modou Diongue, Secrétaire général adjoint du syndicat. Selon le syndicaliste, les autorités se sont complètement bouchées les oreilles devant leurs revendications, rendant impossible toute avancée des médiations. ‘’Les médiateurs qui m’ont approché reviennent avec la même information : une rigidité dans les positions des autorités de la maison’’, dit-il. Poursuivant à propos de leurs revendications, Modou Diongue note que ‘’l’instruction 00009/MEFP qui octroie 63% des avantages à 300 agents et 37% aux 1400 autres, continue à plonger dans la précarité beaucoup de pères de famille ayant contacté des prêts avec le système précédant de répartition’’. Et comme si cela ne suffisait pas, ‘’l’arrêté n⁰10012 du 14 juin 2017 portant organisation de la DGID est venu anéantir nos perspectives de carrière à la DGID’’. 

Engagés dans un bras de fer contre leur tutelle, les travailleurs de la Dgid luttent autour de qautre points : l’annulation de l’arrêté qui affecte le SG ; la mise en place d’un système équitable de rémunération ; la gestion équitable des carrières des agents sans discrimination de corps, et enfin le maintien des acquis fonciers. Pour cela, un préavis de grève a été déposé et expire le 6 octobre prochain. ‘’A partir de ce moment, le syndicat peut aller en grève à tout moment si la direction de la Dgid continue dans son dilatoire’’, notent Modou Diongue et Cie. Pour eux, il ne saurait être question de capituler malgré la volonté de les faire plier. ‘’Le combat dépasse maintenant le cadre du syndicalisme. C’est devenu une volonté manifeste de décapiter une organisation, pour après mettre ses membres à la merci de brimades. Nous ne l’accepteront pas, parce que d’une part ; c’est un combat de principe, et d’autre part, il est claire que le partage doit être équitable pour tous les travailleurs, et que chacun d’entre eux doit être rémunéré suivant le mérite’’, clame le Sg adjoint. 

L’info