Toutinfo Bréves

SOLUTION NUCLÉAIRE À LA POLLUTION PAR LE PLASTIQUE : Le Sénégal mise sur l’appui de l’AIEA

Dans le cadre de la recherche de solution nucléaire à la pollution par le plastique, le Sénégal compte sur l’expertise de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA). Le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Dr Cheikh Omar Anne a affiché hier, lors de la cérémonie d’ouverture de la 65èmesession ordinaire de l’AIEA qui se tient du 24 septembre 2021 à Vienne, en Autriche, la disponibilité du Sénégal à travailler avec ladite agence.  

Pour vaincre le péril plastique, le Sénégal compte s’appuyer sur le soutien et l’expertise de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) pour la mise en œuvre de l’initiative NUTEC (une solution nucléaire à la pollution par le plastique) par l’utilisation de la technologie des rayonnements pour la surveillance du plastique et le recyclage des déchets plastiques. Le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Dr Cheikh Oumar Anne l’a réaffirmé hier, lors de l’ouverture de la 65ème session ordinaire de la Conférence générale de l’Agence internationale de l’Énergie atomique (AIEA) qui a démarré hier et qui se poursuit jusqu’au 24 septembre 2021 à Vienne en Autriche.  Ainsi, Dr Anne a insisté sur le renforcement des capacités humaines qui constitue, de son point de vue, le complément indispensable au transfert de technologies. Dans cette optique, il sollicite l’accompagnement de l’agence en vue de l’élaboration et de la mise en œuvre d’une stratégie nationale d’éducation et de formation dans le domaine du nucléaire, mais aussi un appui pour la création d’un Centre d’excellence africain de formation en science et technologie nucléaire dans plusieurs domaines tels que l’utilisation de la technologie nucléaire dans le traitement et le recyclage des matières plastiques au niveau sous régional, le suivi de la radioactivité dans l’environnement,  entre autres. 

Dr Cheikh Oumar Anne a d’ailleurs mis à profit cette conférence pour réaffirmer l’engagement du Sénégal à continuer de coopérer avec l’AIEA, pour renforcer et observer strictement les normes de sûreté. A ce titre, il a déclaré que depuis 2011, l’Autorité de radioprotection et de sûreté nucléaire du Sénégal a bénéficié de l’accompagnement de l’AIEA. Ce qui, d’après lui, a permis de jeter les bases d’une infrastructure fonctionnelle en la dotant d’équipements et d’évaluer le cadre législatif et réglementaire qui a connu des avancées. D’ailleurs, a-t-il renseigné, le projet de loi nucléaire sur ‘’la sûreté, la sécurité, les garanties et la responsabilité civile en matière de dommages nucléaires’’, a été validé par un comité technique et adopté au conseil des ministres le 8 septembre 2021. ‘’Dans le domaine de la santé, mon pays s’est engagé à renforcer la prise en charge du cancer avec la construction prochaine d’un Centre national d’oncologie, d’un centre d’oncologie pédiatrique et le projet de cinq pôles régionaux de cancérologie’’, a renseigné Cheikh Oumar Anne. Il a aussi mis à profit cette tribune pour appeler l’Agence et ses États membres à accorder une attention particulière aux 40% de pays africains qui ne disposent d’aucune unité de traitement du cancer, avec comme corollaire, des milliers de vies perdues.

L’info