Toutinfo Bréves

NON-RESPECT DELA REGLEMENTATION TOURISTIQUE : Alioune Sarr siffle la fin de la récréation

Suite au drame survenu à la résidence «La palmeraie», le ministère du Tourisme et des Transports aériens qui prône désormais la tolérance zéro, a dépêché samedi, à Saly, une mission de contrôle qui a constaté des manquements sécuritaires dans presque toutes les résidences et villas visitées, qui n’ont même pas, le minimum, notamment un extincteur à jour pour lutter contre un incendie. Et une vingtaine de propriétaires ou gérants ont été convoqués pour audition aujourd’hui. 

Que les tenants de résidences et villas accueillant des touristes se mettent aux normes et respectent la règlementation. A défaut, les sanctions vont tomber. A la suite du drame de la résidence ‘’La Palmeraie’’, rien ne sera plus comme avant à Saly et dans d’autres zones touristiques où les résidences, accueillant des touristes, poussent comme des champignons. En effet, la tutelle a décidé de prendre les choses en main et de mettre la fin à la pagaille. C’est dans cette optique que le directeur de la règlementation touristique, flanqué des services concernés du ministère du Tourisme et des Transports aériens, de policiers et de sapeur pompiers entre autres, est descendu sur le terrain samedi, pour des contrôles de conformité, de régularité et de respect de la réglementation touristique. Une descente qui a permis de fouiller dans les affaires de 15 résidences comprenant en tout 1450 villas privées.  Et des convocations pour audition ce lundi, ont été servies et pas moins de 20 personnes interpellées. «Sur site, la Police touristique a donné des convocations, il y a beaucoup d’interpellations. Et à partir de lundi, pas mal seront entendus et la suite appropriée sera donnée à cette mission. Avec la mission qui va continuer les jours à venir, on pourra peut-être avoir d’autres interpellation. Parce qu’il faut rappeler que si on vous donne une résidence privée, c’est pour y habiter. Mais pas pour des activités commerciales pour lesquelles il y a des autorisations et des agréments qu’il faudra chercher auprès des autorités compétentes», confirme le directeur de la règlementation touristique. Qui souligne que beaucoup de résidences et villas visitées par les services du ministère du Tourisme et des Transports aériens, des manquements de divers niveaux de gravité ont été constatés. 

‘’Dans la presque totalité des résidences visitées, on n’a pas vu d’extincteur à jour. Aussi, il y a des issues de sécurité qui posent problème’’

Qui souligne que beaucoup de résidences et villas visitées par les services du ministère du Tourisme et des Transports aériens, des manquements de divers niveaux de gravité ont été constatés. ‘’On a constaté que certaines résidences qui, normalement, devraient être privées, s’adonnent à l’activité d’hébergement touristique de manière clandestine’’, note-t-il d’emblée. Il souligne que cette situation qui a alerté la tutelle est d’autant plus grave, qu’un établissement ou un réceptif qui n’a pas d’autorisation et qui s’adonne à l’activité d’hébergement, présente beaucoup de risques vis-à-vis des visiteurs. ‘’Cela pose beaucoup de problèmes de sécurité et expose son propriétaire à diverses sanctions’’, fulmine-t-il. En effet, la mission dépêchée par la tutelle a constaté de réels problèmes de sécurité. ‘’Dans la plupart ou la presque totalité des résidences visitées, on n’a pas vu d’extincteur à jour. Aussi, il y a des issues de sécurité dans les installations qui posent problème’’, révèle Dione. Non sans rappeler que ‘’le drame qui s’est produit, il y a une semaine à la résidence ‘’La Palmeraie’’ est très révélateur parce que s’il y avait des issues qui respectent les normes, on aurait peut-être minimisé les dégâts’’. Cette situation de clandestinité, au-delà des risques pour les clients et le propriétaire, cause aussi du tort à l’Etat, selon le directeur de la réglementation touristique, dans la mesure où, soutient-il, s’ils exploitent dans la clandestinité, il n’y a pas de taxes collectées et dans ce cas, ils ne paient pas à l’État’’.  

«Il y aura zéro tolérance parce qu’on ne peut pas mettre la vie de nos visiteurs, de nos touristes en danger»

Après Saly, la mission va poursuivre ses contrôles dans autres endroits de la petite-côte et dans les autres zones touristiques du pays. Et de martelé que rien plus ne sera toléré aux gens qui violent la réglementation. «Toutes ces structures qui s’adonnent à l’activité d’hébergement de manière irrégulière sont aujourd’hui dans notre viseur. À l’issue de cette visite, les résultats seront traités et il y aura zéro tolérance parce qu’on ne peut pas mettre la vie de nos visiteurs, de nos touristes en danger. Car on les accueille dans des réceptifs dont on ignore le niveau de sécurité, d’hygiène et de confort. Cela ternit l’image de la destination Sénégal. Et nous n’allons pas l’accepter», menace Ismaïla Dione. Qui soutient que cette mission de contrôlle à Saly est «le lancement d’une vaste campagne coup de poing» qui va se poursuivre de manière permanente avec les forces de l’ordre et les structures compétentes du ministère du tourisme et des transports aériens. 

L’info