Toutinfo Bréves

RENTREE SCOLAIRE 2021-2022 : La Cosydep met à nu un gap de 40.000 enseignants

A quelques semaines de la prochaine rentrée scolaire, la Coalition des organisations en synergie pour la défense de l’éducation publique (Cosydep) met à nu un gap de 40.000 enseignants. Son directeur exécutif Cheikh Mbow invite les autorités en charge de l’éducation, à sécuriser en amont, l’environnement scolaire. La Cosydep demande en outre, de mettre à profit, la pandémie du coronavirus, pour identifier les maux dont souffre l’école sénégalaise afin de les solutionner avant la rentrée scolaire 2021-2022. 

Le Directeur exécutif de la Coalition des organisations en synergie pour la défense de l’éducation publique (Cosydep) a invité hier les acteurs du système éducation à tirer les conséquences des dysfonctionnements causés par la pandémie du coronavirus pour bâtir une école résiliente et performante au service de la communauté. Certes la Covid a bouleversé les enseignements-apprentissage, mais selon Cheikh Mbow, elle a laissé nettement apparaitre les difficultés qui gangrènent le secteur de l’éducation. ‘’Nous voulons avoir un système éducatif résiliant et inclusif qui ne laisse personne en rade, notamment les filles et les enfants vivant avec un handicap. Mais non un système éducatif en lien avec le développement de ce pays’’, déclare-t-il. Pour le Directeur exécutif de la Cosydep, les performances du système éducatif vont au-delà de la classe. C’est la raison pour laquelle il souhaite voir un environnement sécurisé des apprentissages en termes d’assainissement dans les écoles. ‘’Si vous avez encore 40% des écoles qui sont sans bloc sanitaire, 2/3 qui ont un problème d’eau potable, 1 école sur 2 qui n’est pas sécurisée, cela pose un sérieux problème. Nous avons toutes les raisons de nous mobiliser et de faire en sorte que l’environnement des apprentissages puisse être approprié’’, a recommandé Cheikh Mbow. 

Un gap de 40.000 enseignants à combler

Évoquant les effets de la Covid-19 sur le système éducatif, le Directeur exécutif de la Cosydep pense que celle-ci a permis aux acteurs de savoir qu’ils doivent faire plus d’efforts pour avoir des effectifs moins pléthoriques afin d’aller au-delà d’enseigner chaque élève. Ainsi, pour redresser les effectifs, la Cosydep a plaidé pour l’augmentation des salles de classe, l’élargissement de la carte scolaire et le recrutement de plus d’enseignants. ‘’Il faut avoir plus d’enseignants. Nous devons avoir un dispositif qui nous permet de résorber le gap en enseignant que nous avons évalué à plus de 40.000 enseignants’’, a renseigné Cheikh Mbow. Sur la base de ce constat, il plaide pour la mobilisation de toutes les couches de la société pour faire en sorte que l’école de la communauté soit une réalité dans ce pays. ‘’Nous allons avoir une école ouverte qui laisse de la place à la communauté et qui réponde aux besoins de la communauté et qui essaye de les satisfaire. Chaque acteur a un rôle important à jouer et à prendre pleinement ses responsabilité’’, soutient Cheikh Mbow. 

Le Directeur Exécutif de la Cosydep s’exprimait avant-hier lors du lancement de la campagne ‘’Nos vacances pour l’école’’. Axée sur 4 thématiques, ladite campagne vise non seulement à créer un cadre d’échanges entre les différents acteurs de l’éducation, mais aussi à identifier les difficultés en vue d’anticiper sur la recherche de solutions avant la rentrée scolaire 2021-2022.

L’info