Toutinfo Bréves

AFFRONTEMENTS ENTRE POPULATIONS ET POLICIERS A DIASS : Des blessés et de nombreuses arrestations

Diass en a marre d’être délesté de ses terres par l’Etat et les prédateurs fonciers. Et hier, les populations ont manifesté violemment leur colère, barrant la route nationale. La goutte d’eau qui a fait déborder le vase est le terrassement, sous haute surveillance policière, du site destiné à l’extension du village par une personne que les populations ne connaissent même pas. 

Ça a chauffé hier à Diass, entre les populations de la localité, notamment les jeunes, et les forces de l’ordre. A la suite d’un sit-in devant les locaux de la mairie, pour protester contre l’accaparement de leurs terres, après que des engins sont venus procéder au terrassement de la zone d’extension des habitations, les manifestants ont barré la route nationale et se sont affrontés aux forces de l’ordre défendant le site litigieux. Des heurts qui ont fait plusieurs blessés dont une femme évacuée à l’hôpital. Il y a eu également beaucoup d’arrestations. Les forces de l’ordre dont certaines sont entrées dans le quartier en civil, ont arrêté plusieurs villageois dont des gens qui n’avaient rien à voir avec les manifestants. Parmi eux, un imam et quatre filles qui se rendaient à la boutique. Tout ce beau monde a été entassé à la brigade de la localité. Et les populations très remontées, exigent leur libération. 

‘’Diass est étouffé de tout bord par les projets de l’Etat…’’

Tout est parti du terrassement du site dédié depuis longtemps à l’extension du village, entrepris par une personne inconnue des populations. ‘’Depuis 48h, un monsieur inconnu dans la localité occupe le site destiné à l’extension du quartier Sakirak et est en train de faire des terrassements, avec une forte présence des forces de l’ordre. C’est ce que nous dénonçons. Les travaux entrepris sur le site sont illégaux. Légitimement, le site en question revient à la population’’, explique le porte-parole des manifestants. Les manifestants n’en demandent pas moins l’arrêt des travaux entrepris par ce monsieur. Aussi demandent ils le départ des forces de l’ordre stationnées en permanence dans le village pour intimider les populations. A défaut, ils menacent d’aller sur le site, déloger et monsieur X et les forces de l’ordre.’’ Nous sommes déterminés à combattre par tous les moyens’’, décrètent-ils. 

Très en colère, les manifestants dénoncent l’attitude de l’Etat et des prédateurs fonciers. ‘’Diass est étouffé de tout bord par les projets de l’Etat et ne dispose d’aucun espace pour une éventuelle extension. Ce site d’une superficie de 31 hectares, restait le seul espoir de toute la population. La commune de Diass a déjà cédé à l’Aibd plus de 75% de ses terres. Avec les nouveaux projets, l’Etat veut nous réduire à néant, ce qui est inacceptable. Nous sommes quotidiennement menacés de tout bord par les projets de l’Etat. Nous dénonçons avec la dernière énergie, le manque de considération et le souhait des autorités étatiques de faire disparaitre l’ethnie safen’’, fustige le porte-parole. Non sans ajouter : ‘’les projets de l’Etat doivent prendre en compte les préoccupations des populations. Mais ils ignorent délibérément les populations. Pour le site en question, la population a mené un combat sans violence depuis 2009 pour le viabiliser’’. 

L’info