Toutinfo Bréves

INVESTITURES AU SEIN DE YAW : Aly Khoudia Diaw indique la voie à Khalifa et Cie

Dans une tribune intitulée ‘’Appliquer la méthode Khalifa’’, le sociologue Aly Khoudia Diaw indique aux leaders de Yewwi askan wi, la voie à suivre pour surmonter l’obstacle que représente les prochaines investitures qui s’annoncent déjà difficiles au sein de cette coalition.

Portée sur les fonts baptismaux il y a seulement plus d’une semaine, la coalition Yewwi askan wi prend son envol et s’attelle désormais à sa structuration et à son organisation interne, en perspective des prochaines investitures pour les élections municipales et départementales du 23 janvier 2021. Épreuves qui s’annoncent déjà difficiles pour la coalition tirée par les partis de Khalifa Sall et d’Ousmane Sonko du fait de sa composition hétéroclite. Mais pour Aly Khoudia Diaw, l’application de ce qu’il appelle la méthode Khalifa devrait prévaloir sur tout au moment des investitures, étant donné que c’est une méthode basée sur le respect, la courtoisie, l’écoute et le choix consensuel fixé par la base elle-même. ‘’Khalifa Sall a une maturité politique très marquée, l’âge qui confère une certaine sagesse et un poids politique clairement implanté. Il est d’une citadinité extraordinaire qui ne verse jamais dans la démesure, la brutalité et les comportements injonctifs. C’est un atout pour la coalition’’, analyse-t-il dans une tribune transmise hier à l’Info et intitulée : ‘’Appliquer la méthode Khalifa’’. Dans le document, le sociologue avertit les leaders de YAW que le travail de groupe est une tâche difficile, chacun pouvant y aller avec ses calculs, ses intérêts, cachés ou non et parfois même un désir de phagocytage. Mais pour ne pas tomber dans ce piège, Aly Khoudia Diaw invite les différents leaders de YAW à axer leur démarche sur respect de l’autre, la confiance et la courtoisie. Même s’il reconnait c’est une démarche extrêmement difficile, étant donné que les taupes et les marchands de situation sont toujours là, Aly Khoudia Diaw les invite à éviter autant que faire se peut, de ne pas s’ingérer dans la cuisine interne des autres partis politiques. Selon lui, personne ne doit s’attendre à ce qu’il se substitue à la base, en termes de choix ou en termes d’ingérence. 

Dans la même veine, le sociologue invite les leaders de YAW à ne rien imposer, à bien écouter pour bien comprendre la motivation des uns et des autres. Etant donné qu’en dehors des activités purement politiques, il y a les aspects financiers, la confection des listes, le dépôt dans les délais requis, Pr Diaw pense qu’il faut partir d’un même élan et œuvrer dans une même dynamique. Pour cela, il faut selon lui, des consensus forts. De même, il estime qu’il faut toujours respecter le choix à la base. ‘’Il faut laisser la base elle-même choisir le meilleur profil et arbitrer au besoin. Car il faut le signaler, en politique, il n’y a pas de procuration de personne, surtout dans ce contexte’’, déclare e l’ancien président de la délégation spéciale de Sangalkam. Avant de s’en prendre au fils de l’ancien président de la République. ‘’Karim Wade n’est pas courageux, il devrait rentrer depuis longtemps et mourir s’il le faut en prison, avec ses convictions, comme l’ont fait Idy, Khalifa et tant d’autres personnes sentinelles de notre démocratie, à l’image de Guy Marius Sagna, Pastef, Karim Guéye Xrum Xax’’, déclare-t-il.

L’info