Toutinfo Bréves

COALITIONS DE L’OPPOSITION : BBY prise entre trois feux

Loin d’être une faiblesse, le fractionnement des forces de l’opposition sénégalaise à travers Yewwi askan wi, la nouvelle coalition dirigée par le Pds et dans une moindre mesure Gueum sa bopp de Bougane Guéye Dany, pourrait jouer en faveur de celle-ci au détriment de la coalition de la mouvance présidentielle.

Lancées dans une bataille de positionnement sans merci, les différentes forces de l’opposition sénégalaise ont fini de se regrouper dans deux grandes entités. Yewwi askan et la nouvelle coalition articulée autour du Parti démocratique sénégalais, vont à coup sûr se lancer dans une guerre de leadership au sein même de l’opposition avant d’en découdre avec la coalition de la mouvance présidentielle. Mais le moins que l’on puisse dire est que cette émulation notée au sein de l’opposition n’augure rien de bon pour la coalition de la mouvance présidentielle en perspective des prochaines élections locales du 23 janvier 2021. 

BBY, dans une posture statique, laisse dérouler l’opposition 

Confinée dans un silence assourdissant, le Président Macky Sall et ses alliés de Benno bokk yaakaar semblent tétanisés par la situation précaire du pays marquée par une hausse généralisée des prix des denrées de grande consommation, la pandémie du coronavirus et son corollaire de dégâts collatéraux sur l’économie nationale et les ménages plus que jamais éprouvés, ainsi que les inondations qui hantent le sommeil des populations de la proche banlieue de Dakar et des grandes villes de l’intérieur du pays comme Touba et Kaolack. Un cocktail explosif qui fragilise la mouvance présidentielle, plus que jamais menacée avec ces élections locales, dont l’issue sera déterminante sur son avenir à la tête du pays. 

Hormis les querelles intestines de leadership local dans certaines collectivités territoriales de la capitale Dakar, à Guédiawaye, Pikine et Rufisque, Kaolack et Ziguinchor, Matam, pour ne citer que celles-ci, la coalition Benno bokk yaakaar est quasiment inerte et inaudible sur le champ politique. Plus préoccupés à satisfaire les besoins des populations à travers une maitrise de l’inflation dont la persistance peut conduire à des protestations et à des manifestations populaires, toujours mauvaises pour un régime, Macky Sall et ses alliés laissent le champ libre à l’opposition, qui dérouler tranquillement son agenda, à quelques cinq mois seulement des prochaines joutes électorales. Réduite à sa plus simple expression pendant près d’une décennie, comme l’avait promis le chef de l’Etat, l’opposition, ragaillardie par les récents évènements de mars dernier, a fini de renaître, et est en train de se déployer sur le terrain où la mouvance présidentielle brille par son absence, en dehors de ses querelles internes. Le jeu de positionnement noté depuis quelques semaines entre d’une part, la coalition Yewwi askan wi, d’autre part, le Parti démocratique sénégalais et ses alliés de la nouvelle coalition en gestation, et dans une moindre mesure, la coalition de Bougane Guéye Dany, laisse apparaitre nettement trois grands pôles de l’opposition et pas des moindres. 

Yewwi askan wi, la tête de gondole de l’opposition

La coalition Yewwi askan wi pilotée par l’ancien Secrétaire national chargé de la vie politique du Parti socialiste, Khalifa Ababacar Sall et composée des partis d’Ousmane Sonko de Pastef et de Moustapha Sy du PUR entre autres, est non négligeable en termes de poids politique. En ordre de bataille dès sa mise en place, elle s’attelle depuis lors à sa structuration en mettant en place, la semaine dernière, ses instances de direction. Mieux, depuis mercredi dernier, Khalifa Sall, Moustapha Sy, Ousmane Sonko et leurs alliés, ont entamé le processus d’implantation de leur coalition dans toutes les communes et départements du Sénégal. D’ailleurs, sous leur impulsion, l’ensemble des parties prenantes sont déjà engagées à la base pour non seulement mobiliser les militants, mais travailler à faciliter la recherche de consensus dans les investitures à venir et qui s’annoncent d’ores et déjà difficiles aussi bien pour l’opposition que pour la mouvance présidentielle. Parallèlement à ces actions menées sur le terrain, ils s’ouvrent à toutes les entités de l’opposition, société civile et mouvements citoyens au niveau local et sans exception pour des listes plurielles et gagnantes dans toutes les collectivités territoriales. D’ailleurs, à propos de ces élections municipales et départementales à venir, la coalition de l’opposition veut se donner toutes les chances de sortir victorieuse de ces joutes. C’est en sens qu’une jonction avec les autres entités de l’opposition n’est pas à écarter surtout au niveau de certaines localités où les réalités font que l’opposition est une est indivisible.

Le Pds et ses alliés, l’autre coalition à craindre

Si Yewwi askan est véritablement parti pour causer de sérieuses difficultés à Macky Sall et à ses alliés de la mouvance présidentielle, notamment dans les grandes villes comme Dakar, le Parti démocratique sénégalais et ses alliés de la nouvelle coalition ne viendront pas pour faire de la figuration. Avec à sa tête de vieux routiers rompus à la tâche politique et de néo-opposants comme Abdoul Mbaye, Thierno Alassane Sall, et autres, cette coalition de l’opposition est elle aussi, partie pour rogner considérablement l’électorat de la mouvance présidentielle. Conduite par un Abdoulaye Wade, fin politique, avec derrière l’écran son fils Karim Wade qui dispose de moyens financiers colossaux, la nouvelle coalition peut faire très mal. D’ores et déjà, elle compte présenter des listes de candidats dans tous les départements, villes et communes de l’étendue du territoire national. Et avant même son lancement, ses différentes parties prenantes engagent leurs militants et sympathisants, partout à travers le pays, à se mettre ensemble pour travailler à la mise en place d’équipes gagnantes aussi bien au plan départemental que communal à travers le pays. Pour se donner plus de chance de gagner, la coalition mise sur des équipes qui œuvreront au rassemblement le plus large possible de tous les acteurs et partenaires potentiels de leur circonscription électorale, en vue de constituer des dynamiques crédibles et représentatives. C’est dire que Macky Sall et ses alliés qui restent figés dans leur position, sont aujourd’hui pris en deux, voire trois feux, si on prend en compte l’échappée solitaire de Bougane Guéye Dany avec sa coalition Gueum sa bopp. Coalition, certes moins balèze, mais qui peut jouer les troubles fêtes. En dépit des gros nuages qui planent sur leur tenue, les élections municipales et départementales du 23 janvier 2022 s’annoncent d’ores et déjà rudes. Et l’opposition, dans sa configuration actuelle, annonce déjà la couleur et affiche sa ferme volonté de venir à bout du régime de Macky Sall qui montre des signes d’essoufflement après près de dix ans de gestion sans partage du pouvoir. Un pouvoir d’autant plus en mauvaise posture que déjà, en son sein, l’adversité fait rage, avec un risque énorme de vote sanction. Car les candidats poussent comme des champignons au sein de BBY et beaucoup seront laissés en rade.