Toutinfo Bréves

SITUATION ECONOMIQUE : Baisse de 69 milliards des recettes budgétaires en juin

A fin juin 2021, les ressources (1278,9 milliards) sont constituées de recettes (1230,7 milliards), de dons (48,2 milliards) et de recettes exceptionnelles (20 milliards). Ces dernières proviennent de la cession de terrain à la Caisse des dépôts et consignations (CDC). L’information est contenue dans la dernière publication ‘’Point mensuel de conjoncture @août 2021’’ de la Direction de la prévision et des études économiques (DPEE).

En glissement annuel, les ressources se sont abaissées de 69 milliards, imputables aussi bien aux recettes budgétaires qu’aux dons. Ces derniers sont estimés, globalement, à 48,2 milliards, affichant un repli de 53% par rapport au premier semestre de 2020. 

Par ailleurs, les recettes budgétaires, estimées à 1205,6 milliards, se sont également contractées de 1,6% à fin juin 2021 par rapport à la même période de 2020. Cette contraction est attribuable à ses composantes fiscales (1138,2 milliards) et non fiscales (67,4 milliards) qui ont baissé respectivement de 0,2% et 20,5%. Selon la même source, la diminution des recettes fiscales est imputable à l’impôt sur les sociétés (185,9 milliards), à l’impôt sur les revenus (191 milliards), à la TVA intérieure (hors pétrole) (133,4 milliards) et à la taxe spécifique pétrole (43,1 milliards) qui se sont contractés respectivement de 11,2 milliards (-5,7%), 7,5 milliards (-3,8%), 50,7 milliards (-27,5%) et 17,9 milliards (-29,4%). En revanche, l’IRVM/IRC, la TVA intérieure pétrole, les droits de timbre et le FSIPP ont atténué cette tendance baissière avec des hausses respectives de 3,1 milliards, 3,5 milliards, 16,5 milliards, et 35,4 milliards pour s’établir respectivement à 20,4 milliards, 10,7 milliards, 48,4 milliards et 55,5 milliards à fin juin 2021. 

Hausse des échanges extérieurs

De même, note la DPEE, les droits et taxes mobilisés par la Douane, notamment, la TVA à l’import (205,8 milliards) et les droits de porte (131,6 milliards) se sont inscrits sur cette dynamique avec des hausses respectives de 5,9% et 4%. 

Par ailleurs, en mai 2021, les échanges extérieurs du Sénégal sont marqués par une hausse de 2,7% des prix à l’importation comparativement au mois précédent. C’est l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (ANSD) qui rend publique cette information. En revanche, la structure pilotée par Allé Nar Diop renseigne dans la foulée que les prix à l’exportation se sont repliés de 0,8% sur la même période. Cette situation, souligne-t-elle dans son dernier rapport intitulé « Repères statistiques », a entrainé une dégradation de 3,5% des termes de l’échange. 

L’info