Toutinfo Bréves

RETARD DU VOL INAUGURAL DAKAR/NEW-YORK/WASHINGTON : Alioune Sarr n’en est pour rien

Le ministre Alioune Sarr n’a jamais et n’aurait jamais pu causer un retard du vol inaugural d’Air Sénégal vers les Etats-unis, du moment qu’une heure avant le décollage, il avait fini de faire ses formalités d’enregistrement et attendait l’embarquement. 

Qui en veut au ministre Alioune Sarr, au point de vouloir lui imputer le retard du vol inaugural de la ligne Dakar/New-York/Washington, de la compagnie nationale Air Sénégal? C’est la question que se pose l’entourage du ministre du Tourisme et des Transports aériens, devant l’information qui a circulé hier dans la presse, désignant le ministre qui aurait oublié son passeport, d’être responsable de cet impair. En effet, le ministre ne pourrait causer un quelconque retard, et pour cause, une heure avant le décollage du vol, à 0h32 exactement, Alioune Sarr avait déjà fini de faire les formalités d’enregistrement et avait rejoint la salle d’embarcation. Lui-même il a constaté le retard comme tout le monde. Car ayant personnellement vu que le bridge a été positionné sur l’appareil d’Air Sénégal à 00H50, alors que cela devait se faire à 23h30, soit un retard de 1h 20. Le bridge était auparavant occupé par Air France. C’est en ce moment seulement, 0H50, que la TSA accompagnée des autorités de sûreté américaines ont procédé à la fouille de l’aéronef. Et cela jusqu’à 1h 15. Aussitôt après, de 1H15 à 1H30, le check sûreté/sécurité de l’équipage a été fait. L’embarquement des passagers a démarré à 01H45 et le décollage effectif s’est fait à 2H37. Et le ministre Alioune Sarr qui a fait normalement ses formalités et à temps, n’aurait pu causer aucun retard. D’ailleurs pour ses proches, c’est méconnaître l’homme qui a une haute conscience de ses missions et devoirs. Et pour un évènement aussi important pour la compagnie nationale et le pays, il ne se permettrait de quelque manière que ce soit, de causer un impair. Pour ceux qui veulent des coupables, ils devraient plutôt chercher du côté de l’aéroport qui gère la programmation des vols.

L’info