Toutinfo Bréves

HAUSSE DES PRIX : Le mouvement Ño Lank dans la rue vendredi prochain

Pour dire non au renchérissement de la vie avec la hausse généralisée des prix des prix des denrées de première nécessité, le mouvement No Lank a décidé d’organiser vendredi prochain, une marche de protestation pacifique de la Place de la Nation (Ex-Obélisque), au Triangle Sud, devant la Rts à 15h.

Le Mouvement No lank va investir la rue vendredi prochain, pour protester contre le renchérissement de la vie notée ces derniers temps, à travers une hausse subite et généralisée des produits de consommation courante. Face à la presse hier au siège du Mouvement Tekki, ses responsables ont annoncé une marche de protestation pacifique sur l’itinéraire Place de la Nation (Ex-Obélisque) au Triangle Sud, juste au niveau du rond-point de la Radiodiffusion télévision sénégalaise (Rts). Ils appellent ainsi à une vaste mobilisation des populations sénégalaises pour inviter les autorités à agir. Ils invitent à cet effet, les associations consuméristes, les syndicats du secteur de l’économie et les autres groupements des travailleurs, à participer massivement à cette marche.

Face à la hausse généralisée des prix des denrées de consommation courante, Mourtalla Seck fustige en effet l’attitude du gouvernement. Selon le coordonnateur du Mouvement No lank, la convocation du Conseil de la consommation par le ministre du Commerce et des PME, Aminata Assome Diatta, doit se faire régulièrement comme le Conseil des ministres. ‘’Ça fait des années que la réunion n’a pas eu lieu. C’est ce qui a même provoqué cette situation. Il a fallu que l’association des consommateurs l’interpelle pour que Madame la ministre se prononce sur la cherté des denrées alimentaires. Et cela prouve qu’elle ne respecte pas les Sénégalais’’, charge l’activiste. Il rappelle que le mouvement qu’il dirige n’a de cesse depuis trois ans, demandé à l’Etat du Sénégal, de diminuer le tarif de l’électricité et des produits de grande consommation. Mais, regrette-t-il, ils ont jusqu’ici fait la sourde oreille. ‘’Nous versons notre argent à l’Etat, nous payons notre impôt. Avec cet argent, l’Etat achète des avions et des trains. Nous ne sommes pas contre ces dépenses, mais nous pensons qu’il y a des priorités beaucoup plus importantes que ça. Il faut se soucier de la survie des populations qui n’arrivent plus à manger à leur faim, parce qu’elles font face à la cherté des denrées de première nécessité’’, fulmine-t-il. Avant d’inviter d’ores et déjà, les citoyens à sanctionner le régime de Macky Sall dans les urnes, à travers un vote sanction au sortir des élections municipales et départementales prévues dans moins de cinq mois.

L’info