Toutinfo Bréves

COALITION YEWWI ASKAN WI : Khalifa Sall et Sonko braquent l’opposition contre Macky

Annoncée il y a plusieurs semaines, la grande coalition de l’opposition a été portée sur les fonts baptismaux hier à Dakar. Outre Taxawu Dakar, le Pastef et le Pur, Yewwi askan wi regroupe la substance même de l’opposition. En attendant l’arrivée d’autres forces, la coalition mijotée par Khalifa Sall et Ousmane Sonko compte présenter des listes uniques aux élections municipales et départementales, ainsi qu’aux législatives 2022.

Dans les tuyaux depuis un bon moment, la grande coalition de l’opposition a pris forme. Lancée hier en grande pompe, Yewwi askan wi regroupe l’essence même de l’opposition sénégalaise. En dépit du revirement spectaculaire du Parti démocratique sénégalais qui a brillé hier de par son absence lors du lancement, la plateforme regorge de pas mal de forces politiques et sociales. Outre la coalition Taxawu Sénégal de Khalifa Ababacar Sall, les Patriotes africains du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité (Pastef) d’Ousmane Sonko et le Parti de l’unité et du rassemblement (Pur) de Moustapha Sy, Yewwi askan wi (libérer le peuple) comprend l’Alliance générationnelle/Jotna de Me Moussa Diop, ‘’And Saxal Liggeey’’ d’Aïda Mbodj, Bès dou Niakk de Mansour Sy Djamil, le Front pour le socialisme et la démocratie/Benno jubbël (FSD/BJ) de Cheikh Bamba Diéye, les Forces démocratiques du Sénégal (FDS-Les Guélewaars) du Dr Babacar Diop, ‘’Gueum Sa Bopp’’ de Bougane Guéye, le Grand Parti de Malick Gakou, le mouvement Guédiawaye la Bokk d’Ahmed Aïdara. Il y a aussi Seydou Bocoum (Mouvement de la réforme pour le développement social, Mrdp), Habib Sy (Parti de l’espoir et de la modernité/Yaakarou Réew Mi), Boubacar Camara (Mouvement Jengu), Déthié Fall (Parti républicain pour le peuple, Prp), Moustapha Guirassy (Sénégal en tête, Set), Dr Abdourahmane Diouf, Hélène Tine, Amina Lo Dieng, Moussa Tine, entre autres. Bref, l’essentiel des forces vives de l’opposition sénégalaise est dans cette coalition qui tient toutes les promesses faites récemment au président de la République, par le président de Pastef, Ousmane Sonko. ‘’Macky Sall aura en face de l’une des plus grandes coalitions de l’opposition’’, a-t-il récemment soutenu au cours d’une rencontre avec le Dr Babacar Diop des FDS.

Aller ensemble aux locales et aux législatives

D’ores et déjà en ordre de bataille pour la transparence des scrutins lors des échéances futures, Yewwi askan wi se veut également une coalition électorale. Ainsi, conscients de l’ampleur des enjeux des élections municipales et départementales du 23 janvier 2022 et des législatives de la même année, ses parties prenantes ont pris l’engagement de présenter une liste unique dans toutes les communes, villes et départements du pays. D’ailleurs, dans la charte les liant, les signataires s’engagent à s’abstenir de présenter ou de soutenir une liste concurrente à celle de la coalition Yewwi askan wi. Pour l’élection présidentielle, les membres de la coalition ont pris l’engagement de poursuivre cette collaboration jusqu’en 2024, notamment par la supervision de l’ensemble du processus électorale et par l’engagement de soutenir, le cas échéant, le candidat le mieux placé.

Khalifa, l’artisan de la grande coalition de l’opposition en gestation depuis 9 mois

Si cette coalition s’annonce balèze et rassemble autant de partis, mouvements et personnalités, c’est que l’idée a été murement réfléchie. Selon le leader de l’Alliance démocratique/Penco, cela a été le fruit de neuf mois de tractations, de négociations et de concertations à l’initiative du leader de la coalition Taxawu Sénégal, Khalifa Ababacar Sall. ‘’La mise en place de cette coalition est l’aboutissement de 9 mois de discussions et de négociations initiées par Khalifa Ababacar Sall, suppléé par Ousmane Sonko. Ça a été fait dans le plus grand secret, parce qu’il fallait agir en toute responsabilité’’, a déclaré Moussa Tine qui a d’ailleurs été l’unique leader politique à prendre parole lors de la cérémonie de lancement de la coalition. Selon l’allié de l’ancien maire de Dakar, depuis le départ, il a été surtout dit que la coalition allait être ouverte à toutes les forces vives du pays. Aussi soutient-il que lui et ses alliés sont bien conscients des défis qui les attendent. ‘’Nous n’avons pas été dans des calculs politiciens. Il va y avoir beaucoup de difficultés devant nous. Il va y avoir un choc des ambitions, on le sait. Mais nous avons justement le défi d’y arriver. Nous sommes obligés d’être ensemble à cause du système électoral’’, déclare-t-il. Moussa Tine n’a pas manqué d’avertir ses camarades des dangers d’aller en rangs dispersés aux prochaines joutes électorales du 23 janvier 2022. ‘’Si on part séparés aux locales et aux législatives, on perd’’, met en garde l’ancien Directeur général de l’Entente Cadakar et ancien responsable de l’Alliance Jëf Jël de Talla Sylla. Pour Moussa Tine, le Sénégal d’aujourd’hui vaut tous les sacrifices. ‘’C’est parce qu’on n’a jamais eu au Sénégal un pouvoir aussi cynique et aussi méchant.  Nous avons des problèmes dans tous les secteurs d’activités du pays. On va former un bloc pas pour l’intérêt de Khalifa Sall, d’Ousmane Sonko, de Moustapha Sy ou de qui que ce soit, mais pour le Sénégal. Nous ne sommes pas dans des calculs politiciens’’, déclare-t-il. 

«Nous n’avons pas été dans des calculs politiciens. Il va y avoir un choc des ambitions, on le sait…»

Estimant que le Sénégal n’a pas la maturité politique pour imposer une cohabitation à l’Assemblée nationale, ce qui s’avère impossible depuis 2019 avec la suppression du poste de Premier ministre, le leader de l’Alliance démocratique/Penco est pour une gouvernance concertée. ‘’Notre pays n’a pas la maturité pour aller à une cohabitation au sein de l’Assemblée nationale. Mais si nous avons la majorité au sein de l’hémicycle, on va avoir une gouvernance concertée. Si Macky Sall veut acheter un avion à 60 milliards, on lui dira qu’il peut le faire, mais que la priorité du moment c’est de sortir les populations des inondations qui sévissent dans la banlieue dakaroise et dans beaucoup d’autres localités du pays comme à Touba’’, soutient-il. Soulignant que la nature des élections municipales et démocratiques et législatives de 2022, étant différentes de la présidentielle, le mieux pour toutes les parties prenantes c’est de conforter cette coalition, en respectant la charte signée et en allant en rang soudée pour défaire Macky Sall dans les villes les plus représentatives du pays. Ainsi, à la présidentielle, tous ceux qui veulent être candidats peuvent le faire, à condition seulement de soutenir celui le mieux placé au second tour comme ce fut le cas avec la coalition Benno bokk yaakaar au pouvoir.