Toutinfo Bréves

COALITION DES «4 GRANDS» : Le Pds trace la première ligne de fracture

Alors que tout était fin prêt pour procéder dès aujourd’hui jeudi 2 septembre, au lancement de la coalition des quatre grands, le Parti démocratique sénégalais (PDS) pose les jalons d’une dissension et accuse ses futurs alliés d’exceller dans des jeux dans l’ombre ainsi que des détours et subterfuges inutiles qui plombent toute initiative de cette nature.    

Elle n’est pas encore sortie des entrailles de ses géniteurs que ce qui est convenu d’appeler la coalition des quatre grands enregistre ses premières lignes de fracture. Entre, d’une part, Ousmane Sonko des Patriotes africains du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité (Pastef), Khalifa Sall de Taxawu Sénégal, Moustapha Sy du Parti de l’unité et du rassemblement, et d’autre part, Karim Wade du Parti démocratique sénégalais, c’est en effet la mésentente sur les modalités de mise en place et de lancement de cette coalition qui a cristallisé depuis son annonce, toutes les attentions, et charrié toutes sortes de commentaires et d’analyses. Hier, les lignes de fracture se sont dessinées nettement. Le Parti démocratique sénégalais, l’une des têtes de gondole de cette coalition, sonne déjà la rébellion et semble s’inscrire dans une dynamique de retourner son arme contre ses ‘’futurs alliés’’. D’ores et déjà, le leader du Pds, Abdoulaye Wade ou plutôt son fils Karim Wade qui a droit de vie ou de mort sur les libéraux, a rejeté la démarche de ses alliés. Dans une déclaration sortie à cet effet, le Pds dit ignorer le lancement de la coalition dont il est l’un des initiateurs et pas des moindres. ‘’Sans en être informé officiellement, le Pds a appris qu’une cérémonie de signature est prévue ce jeudi 02 septembre 2021, alors que jusque-là, des points de désaccords signalés par plusieurs partis subsistent et n’ont pas été résolus’’, ont déclaré sans ambages, les leaders du Parti démocratique sénégalais dans la note signée par leur porte-parole, Tafsir Thioye. Mieux ou pire, les libéraux qui disent n’avoir signé aucun document à ce propos, dénoncent même ‘’plusieurs jeux dans l’ombre ainsi que des détours et subterfuges inutiles qui plombent toute initiative de cette nature’’. C’est dire que la rencontre prévue aujourd’hui et la conférence de presse de lancement se feront probablement sans les libéraux. A moins que l’homme de Doha n’en décide autrement.