Toutinfo Bréves

CAUTION DE 15 MILLIONS POUR LES LOCALES : La grogne des indépendants

Si, en fixant la caution à 15 millions pour les élections locales, les autorités visaient à éliminer les candidats indépendants, elles peuvent déchanter. Même s’ils trouvent le montant ‘’exagéré’’ et la mesure ‘’anti-démocratique’’, Demba Makalou (candidat à Mermoz Sacré-cœur), Willy Ndaw (candidat à Golf Sud) et Bachir Fofana (candidat à Vélingara) et les autres indépendants entendent relever le défi, quitte à trouver des moyens de contournement de l’obstacle de la caution, comme la mise en place d’une liste unique des indépendants. 

Le ministre de l’Intérieur a fixé la caution des élections locales à 15 millions pour chacun des deux scrutins du 23 janvier 2022. Une décision qui a fortement irrité l’opposition, les non-alignés, la société civile, mais aussi les éventuels candidats indépendants. Ces derniers fustigent l’attitude des autorités qui, pour eux, en imposant une telle somme, veulent tout bonnement éliminer les candidats qui n’ont pas les moyens des partis et coalitions de partis politiques, mais qui pourraient faire mouche. Aussi, trouvent-ils que cette discrimination et cette négation de leurs droits ne va pas les décourager et qu’ils poursuivront leur but jusqu’au bout.  

Demba Makalou : ‘’La caution, c’est démesuré, c’est anti démocratique, mais ils nous ont lancé un défi et le défi sera relevé’’

Demba Makalou, candidat indépendant à la mairie de Mermoz-Sacré-cœur ne mâche pas ses mots. ‘’Il faut retenir que c’est très exagéré de partir de zéro, lors des locales de 2014 à 15 millions pour chacune des élections locales. C’est démesuré ; c’est anti démocratique ; ça viole même l’article 2 de la constitution sur l’égalité des chances’’, fustige-t-il. Selon lui, c’est insensé de fixer la caution à 15 millions pour les élections législatives qui sont des élections nationales et même internationales, puisque la diaspora y participe, et fixer la même somme pour les élections locales. ‘’Ce sont des élections locales, tout le monde n’a pas besoin d’être présent dans toutes les localités. Chacun se limite à sa localité’’, fulmine-t-il. Mais cette situation est loin de décourager le prétendant au fauteuil de maire. Au contraire pour lui, cela va booster leur détermination à aller jusqu’au bout de leur engagement et de leurs ambitions. ‘’En fixant la caution à cette somme, ils nous ont lancé un défi ; et le défi sera relevé. Nous allons nous mobiliser avec tous les moyens nécessaires pour relever le défi’’, affirme Makalou. Qui veut exercer pleinement son droit et assouvir ses ambitions. ‘’Tout citoyen a le droit d’avoir des ambitions pour sa localité. Je suis un acteur communautaire depuis plus de 27 ans. J’ai déjà été candidat en 2014 et nous avions eu 2 conseillers’’, conclut-il. 

Willy Ndaw, candidat indépendant à Golf Sud : ‘’C’est injuste de nous faire payer ce même montant. Quel que soit le prix, nous allons le payer pour participer à ces élections et les gagner’’

A Golf Sud, un autre jeune entend aller à l’assaut de la mairie. Willy Ndaw, évoquant ses motivations déclare : ‘’On a longtemps constaté un fiasco politique et cela a toujours attiré notre attention. Nous sommes jeunes, nous ne voulons pas être de simples spectateurs de la vie de notre commune. Nous voulons y participer avec des valeurs essentielles. Nous sommes convaincus que le développement passera par des jeunes engagés, courageux et incorruptibles’’. Celui qui ne veut pas être un ‘’maire de promesses non tenues’’, mais ‘’un maire de proximité qui trouve des solutions aux problèmes quotidiens’’ de ses administrés, trouve aussi que la caution demandée pour les locales est exagérée et constitue surtout une injustice pour eux, par rapport aux partis et coalitions de partis politiques. ‘’Avec cette nouvelle dynamique de jeunes qui s’engagent partout, ils ont eu peur, surtout au niveau du pouvoir. Alors, il fallait chercher un moyen de les éliminer de la course. La plupart de ces jeunes sont dans les mouvements citoyens ou sont des indépendants et se présentent dans une seule commune, comme c’est mon cas. C’est injuste de leur faire payer le même montant que les partis politiques qui, non seulement ont plus de moyens, mais sont présents dans toutes les localités’’, dénonce-il. Mais le futur challenger d’Aïda Sow Diawara ne compte pas renoncer. ‘’Cela ne peut pas nous décourager. Quel que soit le prix, nous allons le payer pour participer à ces élections et les gagner’’, clame-t-il. 

Bachir Fofana, candidat à la mairie de Vélingara : ‘’Quel que soit le montant, 10, 15 20, 50 millions, cela ne peut freiner notre engagement et notre détermination à changer le visage de Vélingara’’

A Vélingara, le maire qui dirige la commune depuis une vingtaine d’année devra faire face cette fois-ci à un indépendant, beaucoup plus jeune : Bachir Fofana. L’ancien journaliste et spécialiste de la communication entend bien prendre le fauteuil de Mamadou Woury Diallo. ‘’Nous sommes engagés à changer le visage de notre commune pour en faire une ville durable et résiliente. Donc, au-delà de l’engagement, nous devons nous faire entendre. Et le premier acte pour nous faire entendre, c’est d’être sur les listes électorales. C’est le seul travail qui nous occupe actuellement et nous y travaillons ardemment’’, explique-t-il. Non sans brocarder l’actuel maire qui, après plus de 20 ans de direction, n’a pas réussi à développer Vélingara. Évoquant la caution, il pense, lui aussi, que c’est une manière d’évincer les candidats qui, comme lui, peuvent faire mal, mais n’ont pas les moyens des politiciens de métier. ‘’Le ministre de l’Intérieur a pris la décision de fixer le montant de la caution à 15 millions de francs CFA pour les élections communales, et 15 millions de francs également pour les élections départementales. C’est très élevé. C’est une privatisation de notre processus électoral qui exclut des citoyens au profit d’autres citoyens plus nantis’’, dénonce-t-il. Relevant ainsi que c’est peine perdue. ‘’Cela ne diminue en rien notre engagement, notre détermination, et notre volonté pour changer le Sénégal à partir du pouvoir local, les collectivités territoriales. Quel que soit le montant, 10, 15 20, 50 millions, cela ne peut freiner notre engagement et notre détermination à changer le visage de Vélingara’’, soutient-il. 

Une coalition des indépendants pour contourner la question de la caution ?

Ayant reconnu tous que la caution est exagérée pour ces types d’élections et convaincus que cela est fait à dessein pour éliminer le maximum de candidats indépendants, Bachir Fofana pense que des solutions pourraient être trouvées entre eux, pour faire face à cet obstacle de la caution dressé contre eux. ‘’Nous travaillons à assoir une coalition des indépendants. Plus nous serons nombreux, plus la contribution sera moins importante pour chacun de nous’’, explique-t-il. Et l’idée ne déplait pas du tout à Willy Ndaw. ‘’Oui, nous sommes des jeunes et nous sommes pragmatiques. Nous devons trouver des solutions. Si cela vaut la peine que nous tous, nous nous réunissons dans une liste, nous le ferons. Nous sommes en train de réfléchir pour voir quelle est la meilleure stratégie à adopter pour contourner cette question de la caution…’’, reconnaît le candidat à la mairie de Golf Sud. Makalou de Mermoz-Sacré-cœur approuve aussi l’idée. ‘’Une coalition des indépendants serait une bonne idée, puisque ça règlerait la question de la caution’’, dit-il. Mais, ajoute-t-il, ‘’pour le moment, chaque indépendant cherche la meilleure coalition à mettre en place au niveau de sa localité’’. 

L’info