Toutinfo Bréves

LOCALES 2022 : La CDS prévient BBY sur les conséquences d’un éventuel échec

Au terme d’un séminaire hier, la Confédération pour la démocratie et le socialisme (CDS) a alerté le régime de Macky Sall sur les conséquences d’une éventuelle défaite aux élections municipales et départementales du 23 janvier 2022.

La Confédération pour la démocratie et le socialisme (CDS) a attiré l’attention des membres de la coalition Benno Bokk Yaakaar sur les risques qui pèsent sur la mouvance présidentielle en cas de défaite aux prochaines échéances électorales. D’ores et déjà, le Parti de l’indépendance et du travail de feu Amath Dansokho et ses alliés de ladite confédération, invite la mouvance présidentielle, à défaut de la renforcer, à garder sa dynamique unitaire, en perspectives des prochaines joutes électorales. ‘’BBY doit préserver son hégémonie sur le plan politique et donc gagner le plus de collectivités territoriales’’, ont-ils recommandé hier, au terme d’un séminaire autour des enjeux électorales des prochaines élections locales. Dans la résolution finale du séminaire, le PIT et ses alliés invite la mouvance présidentielle à une unité d’action dans toutes les localités du pays, comme ce fut le cas aux échéances locales de 2014. A en croire ces alliés de Macky Sall, une seule condition s’impose à la coalition BBY : l’union dans toutes les localités. Autrement, ils préviennent qu’il y a des risques de défaite pouvant reconfigurer les rapports de force et induire des conséquences désastreuses pour le pays. Pour la CDS, ce qui est en jeu, ‘’c’est la paix civile, la stabilité du pays et la sauvegarde des conditions propices à la mise en œuvre de politiques publiques répondant aux besoins des populations’’. Si l’objectif de BBY est de préserver la paix et la stabilité dans les périodes pré-électorales, électorales et post-électorales, la majorité doit, selon elle, s’atteler sans tarder, à solutionner aux moins 4 problèmes. Il s’agit, d’identifier et travailler à résorber les frustrations dans tous les secteurs (jeunesse, travail, foncier, etc.), de parachever les travaux des commissions du dialogue national, de poursuivre la lutte contre la pandémie et la mise en œuvre les politiques publiques répondant aux préoccupations des populations, à l’amélioration de leurs conditions de vie (eau, électricité, routes, assainissement, etc.).