Toutinfo Bréves

MARCHE SANDAGA : Mamadou Lamine Diallo disqualifie Alioune Ndoye

Tout en dénonçant sa gestion du secteur de la pêche, Mamadou Lamine Diallo reproche à Alioune Ndoye sa volonté de démolir le marché Sandaga.

A quoi joue le maire Alioune Ndoye ? C’est le titre du Questekki d’hier du député et leader de Tekki. Selon Mamadou Lamine Diallo, en tant que ministre de la Pêche, Alioune Ndoye a sacrifié ce secteur au profit des bateaux chinois et espagnols, à tel point que les pêcheurs ne trouvent plus de poissons dans les côtes rapprochées. ‘’Il faut aller à plus de 70 km ou en Mauritanie pour trouver du poisson. Dans ce pays, les accords sont toujours en défaveur des pêcheurs de Guet Ndar. Les pirogues barsakh (barsax) sont la conséquence directe du marasme dans la pêche du secteur informel sacrifié par les choix politiques du régime de Macky Sall’’, martèle-t-il. Mamadou Lamine Diallo reproche aussi au maire de Plateau, sa volonté de démolir et de reconstruire le marché Sandaga de Dakar. Ce marché, précise-t-il, ‘’est classé monument historique, le nom même est d’origine Mossi, langue du Burkina’’. En conséquence, il estime que sa surveillance, sa conservation, sa valorisation et sa promotion sont du ressort de la Ville de Dakar selon la loi de Macky Sall, art 170 du Code général des collectivités territoriales. ‘’Réhabiliter à l’identique les monuments historiques est une façon de garder la mémoire de notre Histoire. Le manque de culture de l’élite prédatrice de BBY est désolant’’, persifle-t-il. Tout en condamnant ce qu’il considère comme un ‘’massacre organisé du marché Sandaga’’. ‘’Nous resterons vigilants sur les coûts des travaux. On ne doit pas répéter le scandale du building administratif que Macky Sall a dénommé Mamadou Dia, un homme juste et vertueux’’, affirme-t-il. Dans un autre registre, le leader de Tekki invite l’ensemble des acteurs du jeu politique à élever le débat politique, sortir du caniveau des faits divers et isoler les ‘’trafiquants’’ de la politique. Diallo pense que c’est une bonne chose que les soutiens politiques du député Sonko aient rejoint son parti Pastef. Cela, d’autant que la floraison de partis et mouvements citoyens ne favorise pas la vitalité démocratique et citoyenne et les débats politiques de fond.