Toutinfo Bréves

RECONSTRUCTION ET GESTION DU MARCHE SANDAGA : Alioune Ndoye droit dans ses bottes

Le maire de Dakar-Plateau, Alioune Ndoye est plus que jamais déterminé à préserver ce qui lui revient de droit, le marché Sandaga. Pour lui, on ne peut pas refuser à ce lieu de commerce ce qu’on a accepté pour tous les marchés du Sénégal. Au cours d’un point de presse tenu hier dans l’enceinte de sa mairie, l’édile socialiste cloue au pilori Soham El Wardini et Cie, qu’il invite à se ressaisir et à privilégier les intérêts des habitants de Dakar, et surtout à avoir l’audace de se libérer des affairistes.  

Alioune Ndoye est droit dans ses bottes. Le maire de la commune de Dakar-Plateau ne compte reculer d’un iota dans sa volonté engagée de réhabiliter le marché Sandaga et d’en assurer la gestion que lui dispute la ville de Dakar, sous la houlette de l’actuelle mairesse, Soham El Wardini. Face à la presse hier à Dakar, l’actuel ministre de la Pêche et de l’Economie maritime invite l’édile de la capitale et ses camarades à se ressaisir et à privilégier les intérêts des populations dakaroises. ‘’Avant l’acte 3 de la décentralisation, la gestion des équipements marchands tels que Kermel et Sandaga n’incombait pas à la commune de Dakar-Plateau. Avec l’acte 3, la gestion des équipements marchands, de même que les infrastructures correspondantes, ont été dévolues aux communes qui les abritent, à l’exception d’un seul marché dans tout le Sénégal, à savoir le marché Sandaga’’, soutient Alioune Ndoye. Selon le maire de Dakar-Plateau, la Ville de Dakar n’a jamais accompagné la commune de Plateau dans ses luttes pour la sauvegarde du patrimoine historique. ‘’Demandez-vous où était la Ville au moment où je combattais durement et difficilement pour le maintien et la réhabilitation des bâtiments de l’ex-service d’hygiène’’, fulmine l’édile socialiste. Qui relève d’ailleurs que ceux qui s’érigent en gardien du patrimoine historique classé, n’ont jamais participé d’un seul copeck, quand le Plateau mettait plus de 700 millions pour la réhabilitation à l’identique, de l’ex service d’hygiène classé aussi patrimoine historique.

‘’La Ville avait une seule et unique visée, c’était de délocaliser le marché Sandaga à Petersen»

Dans ses explications, Ndoye relève que Kermel qui est un patrimoine historique classé et plus vieux que Sandaga, a été remis à sa commune dans le respect des mêmes textes. Tout compte fait, il se demande alors pourquoi ce qui est valable pour l’ensemble des marchés du Sénégal, ne devrait pas l’être pour Sandaga. A cet égard, il fulmine que l’argument du titre foncier brandi par la Ville de Dakar ne va jamais prospérer. Mieux, il soutient que le complot ourdi à cet effet par ceux qu’ils désignent comme des ‘’fossoyeurs des revenus de Dakar’’, ne passera pas. ‘’La Ville avait une seule et unique visée, c’était de délocaliser le marché Sandaga à Petersen, avec un projet dénommé ‘’La Rotonde’’, avec un emprunt de 4 milliards à la Société Générale. Il n’y a jamais eu de projet étudié et validé par le Conseil municipal pour ce projet et pas la moindre exécution, jusqu’à son remboursement avec d’importantes charges financières supportées’’, a dévoilé l’ex-membre de Taxawu Dakar qui a tourné casaque. Plutôt que de se dresser contre lui, Alioune Ndoye estime que la Ville devrait être solidaire à sa commune, tout en privilégiant les intérêts des populations de Plateau. A cet égard, il invite son ex-alliée de Taxawu Dakar à ‘’avoir de l’audace de se libérer des affairistes’’.  

«Même si certaines demandes (de certificats de résidence) restent étonnantes, aucun refus n’a été enregistré»

Revenant sur les accusations de l’opposition sur le transfert d’électeurs, de fraude et de refus de délivrer des certificats de résidence à des jeunes de sa commune, Alioune Ndoye dégage e, touche. Il précise d’ailleurs qu’il n’existe qu’une seule commission installée au sein de la commune de Dakar-Plateau et ayant comme siège la mairie. ‘’À ces manipulateurs qui veulent faire croire que l’État veut empêcher les jeunes du pays de voter, je précise que ces derniers, dans leur écrasante majorité, n’ont pas besoin de certificat de résidence pour s’inscrire, car ils ne font pas l’objet de transfert’’, relève-t-il. Avant d’ajouter : ‘’le Plateau qu’on a voulu dénigrer a été jusqu’à la semaine dernière la commune où il y a le plus d’inscrits composés d’une écrasante majorité de (1 100 000) primo-votants qui détenaient leur carte d’identité nationale avec l’adresse du Plateau. Je dis bien aucun certificat de domicile n’a, à ce jour, enregistré un refus de délivrance. Même si certaines demandes restent étonnantes, aucun refus n’a été enregistré dans la commune du Plateau. Je me demande alors quel est le projet ?’’, se demande-t-il.

L’info